jeudi 11 février 2021

Fracture

 


Fracture

Amity and Prosperity

Eliza Griswold 

Globe, 2020

Traduit par Séverine Weiss


Prix Pulitzer non fiction en 2019 pour ce livre, Eliza Griswold est 'journaliste d'investigation, poète et traductrice du pachtoune'.

Parfois on se demande si posséder un riche sous sol est un avantage. Les Appalaches, en Pennsylvanie, par exemple, ont produit charbon et pétrole, avec les dégâts que l'on sait, déforestation, pollution, mais récemment, voilà le gaz de schiste et son extraction usant de produits dangereux, avec des compagnies cherchant plutôt le profit. Au départ pourtant, ça paraît bien, l'occasion de ne plus dépendre du charbon et du pétrole, et des retombées financières pour ceux acceptant l'installation sur leur terrain. Quand cela se passe dans des coins peu riches, ça tente.

Stacey et ses voisins ont donc signé. Puis au fil du temps l'eau et l'air ont été pollués, son fils est tombé malade.  Voilà le début d'un long combat, des années pour les avocats à chercher des preuves, à demander des documents, à effectuer des analyses. Stacey et ses enfants ont dû déménager. 

Une longue enquête, au final un livre qui se lit aisément, avec de l’écœurement à certaines découvertes, et de l'admiration pour le courage et la ténacité de Stacey, sa famille, ses voisins et avocats.

"La pollution liée à la fracturation hydraulique était non seulement plus difficile à repérer, mais aussi plus difficile à nettoyer. Et si certains des produits chimiques utilisés pour le fracking -l'antigel, les carburants, les vieilles matières radioactives, les produits synthétiques, ainsi que des quantités astronomiques de sel -, une fois associés, formaient un cocktail plus dangereux qu'on ne l'imaginait? Dès l'origine, deux des principaux problèmes de la facturation hydraulique étaient associés à l'eau : où se procurer les millions de litres nécessaires à la fracturation, et que faire des déchets liquides."

J'ai aussi découvert que dans ce coin, aux Etats-Unis, au XXIe siècle, certains ne bénéficient pas d'un réseau d'eau potable.

Avis : tu vas t'abîmer les yeux, encore du noir, babelio ,

38 commentaires:

  1. C'est déjà démoralisant de lire les nouvelles concernant la pollution terrible que subit la terre alors lire ce livre... Mais vous avez raison, il faudrait le lire car on en apprend toujours, hélas, sur ce saccage... Hier je lisais un article sur les espoirs que les Amérindiens fondent sur la nomination de l'une des leurs au poste de Ministre de l'Intérieur afin de lutter pour préserver la nature.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les bonnes nouvelles, j'ai aussi appris dans ce livre que d'autres états américains refusent cette fracturation (ainsi que des états européens). Mais hélas d'autres ont payé les pots cassés.

      Supprimer
  2. J'ai vu un film assez saisissant sur le sujet, évidemment le titre m'échappe tout de suite. C'est la lutte du pot de terre contre le pot de fer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que les batailles juridiques et les subtilités de la loi...

      Supprimer
  3. Repéré et il est même à la médiathèque, mais c'est vrai que j'ai choisi (un peu) plus léger à mon dernier passage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends, mais n'oublie pas, cela se lit sans difficulté, on suit Stacey, sa famille, ses voisins, sur plusieurs années.

      Supprimer
  4. je me souviens avoir lu un long reportage sur ce problème, on s'interroge vraiment sur l'impunité dont jouissent les politiques et les profiteurs devant ces faits

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les gens signent souvent pour que le pays ait une indépendance énergétique, et, on les comprend, avoir des revenus. Le réveil est dur.
      Maintenant les problèmes sont connus, mais les compagnies promettent et font des dégâts quand même.

      Supprimer
  5. J'avais entendu parler de ce livre, c'est un témoignage important et qui montre bien que cette source d'énergie est un vrai problème. C'est un pays qui devrait d'abord s'interroger sur la maîtrise de la consommation. Merci pour ton billet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, si on consomme moins (voitures, clim, déjà on a tendance à suivre les USA, hélas), on a moins besoin d'énergie.
      Certains états ont interdit la fracturation...

      Supprimer
  6. En France aussi on a ce genre de choses. J'ai appris récemment que les entreprises qui déploient les éoliennes font souvent signer des contrats scandaleux aux propriétaires terriens, dont la vigilance est endormie par les promesses de gains importants et réguliers. Sauf que beaucoup de ces entreprises se mettent en faillite, et le démontage des éoliennes est à la charge du propriétaire ensuite.
    C'est écœurant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une éolienne c'est une bonne idée au départ (quand il y a du vent ^_^) mais c'est vrai, ça prend de la surface, et qu'en pensent les oiseaux, et ça peut gâter un paysage. Mieux vaut, comme le suggère Patrice, limiter la consommation énergétique.Les Amish? ^_^

      Supprimer
  7. je le note, il m'intéresse bien!

    RépondreSupprimer
  8. comme toi j'ai été sidérée que dans bon nombre de petites villes américaines, les gens fonctionnent avec des citernes! c'est dingue!J'ai trouvé ce livre enquête très intéressant.
    J'ai adoré "Maid" et Nomadland dans la même collection :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait il faut payer cher et se réunir avec des voisins, mais ça m'étonne que ce ne soit pas l'état qui organise ça, un service, comme l'électricité? Il ne m'a pas semblé que Stacey habitait un coin si paumé. En tout cas, il y avait de l'argent pour les pipelines transportant le gaz ensuite...
      Nomadland, très bien, en effet, mais je n'ai pas lu Maid.

      Supprimer
  9. C'est bien de pouvoir lire des témoignages pareils. Mais j'avoue que j'ai besoin d'un peu de légèreté aussi en ce moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne dirais pas que c'est plombant, tellement c'est utile et intéressant, mais on n'est pas trop dans le réjouissant, en effet.

      Supprimer
  10. Ah, pas tout à fait le genre de livre qui reboosterait le moral en ces temps où on en aurait bien besoin^^ mais il a le mérite d'exister.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh j'alterne avec du plus léger, heureusement, mais c'est bon d'en savoir plus sur le sujet (histoire d'éviter ça dans 'notre bout de terrain'.

      Supprimer
  11. encore un scandale de plus et comme Lilly je m'étonne que l'on construise autant d'éolienne sans se se poser de questions sur leur impact négatif visuel et environnemental

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En France il semble qu'on échappe à la fracturation. Un peu moins aux éoliennes...

      Supprimer
  12. Je l'avais vu passer lors de la remise des prix mais je n'ai pas eu envie de le lire tant ce sujet me révolte mais tu as raison, on doit tout de même encore apprendre plein de choses et je devrais sans doute le faire un jour...du coup comme je ne l'avais pas noté, je vais le faire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là c'est vu de façon très personnelle, avec le cas de Stacey et sa famille, et c'est bien plus parlant qu'un gros bouquin exposant des données trop brutes.

      Supprimer
  13. J'avais noté ce livre, pas encore eu le temps mais j'espère y jeter un coup d'oeil un jour.

    RépondreSupprimer
  14. Une lecture passionnante, et un combat qui fait froid dans le dos.

    RépondreSupprimer
  15. Pour l'instant, j'ai plutôt besoin de roman qui me distraient de l'actualité démoralisante... Même si j'ai dans ma PAL des titres qui ne correspondent pas du tout à mes critères actuels, et qu'il va bien falloir que je lise... mais je ne vais pas en rajouter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut pas enchaîner les lectures plombantes, c'est sûr, mais de temps en temps, c'est bien de se tourner vers du 'sérieux'.J'essaie aussi de varier.

      Supprimer
  16. cela questionne beaucoup en effet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'instant on est à l'abri en France. Là, avec l'exemple précis de Stacey, on comprend bien.

      Supprimer
  17. Ce problème des compagnies gazières m'intéresse, je le range dans un coin de ma tête. C'est quand même un long livre, mais marquant je pense. Les avis sont bons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas très très long, en fait. On en apprend sur la vie des personnages, et ce n'est pas trop technique.

      Supprimer
  18. Ah, voilà que me tenterait bien plus ;0) de plus le thème de la pollution qui est un grand fléau écologique me touche beaucoup. Je note. Et encore une fois Keisha je tiens vraiment à te remercier de ta gentillesse et de tes fréquents passages chez moi alors même que j'ai été très longtemps en pause. Mais tu sais quoi ? Cela me fait beaucoup de bien de reprendre là où j'en étais, j'ai rédigé quelques billets et j'ai trouvé ça très stimulant ;0) Je t'embrasse et te souhaite une très bonne soirée :0)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je viens de chez toi, je vois que tu reprends doucement, alors à bientôt pour les billets lecture.
      J'espère que tu trouveras Fracture en bibliothèque.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!