lundi 15 février 2021

Un train pour Tula

 


Un train pour Tula

Estacion Tula

David Toscana

Zulma, 2010

Traduit par François-Michel Durazzo


Inganmic et Goran ayant lancé un mois latino-américain, pourquoi ne pas participer? Mon blog a même une page dédiée. Avec des lectures enthousiasmantes ... ou moins. J'ai donc tenté Bolano, Casares, Manguel (il y a pire ^_^), etc. mais rien à faire, pas le bon moment, pas le bon titre. Je suis donc revenue à Toscana, auteur de El ultimo lector, qui là m'avait beaucoup plu.

Direction donc Tula, au Mexique, à la fin du 19ème siècle. Où Fernanda, fille de Don Alejo et Dona Esperanza se retrouve enceinte, puis mariée, puis mère puis morte. Le fils, Juan, est élevé par une servante (fidèle). Juan, plus tard Domenico, tombe amoureux fou d'une certaine Carmen. Le temps passe, roman d'apprentissage, et tout ça.

De nos jours, Froylan, écrivain en devenir, marié à Patricia, rend visite à Juan (oui, celui-là) qui lui raconte son histoire. Juan enregistre, Froylan écrit, en prenant parfois quelques libertés. Froylan lui aussi se découvre une Carmen qui l'obsède.

Compliqué? En fait dès le départ on apprend que Patricia, après la disparition mystérieuse de Froylan, a retrouvé papiers et cassettes dans les affaires de son mari.

Et le train? Heu, assez tard dans le roman, ça fait partie des événements plutôt amusants survenus à Tula.

Conclusion : Les histoires et points de vues alternent, avec vivacité, c'est au lecteur de finalement se laisser aller. A la fin, j'avais encore des questions sans réponses, c'est plaisant à lire, bien maîtrisé en fait, mais trop d'esprit cartésien n'a rien à faire là.

Avis babelio,






42 commentaires:

  1. J'avais adoré El ultimo lector mais je ne suis pas encore revenue à cet auteur. Trop d'attentes, la peur d'être déçue peut-être. Je ne sentais pas ce roman en tout cas (pas en coup de coeur du moins) et à te lire, je me dis que mon intuition ne m'a pas trompée. En revanche je suis assez tentée par son Evangelia, mais bon, un jour...:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu comprends pourquoi j'ai finalement choisi Toscana. Ce n'est pas mal, tu sais, ce n'est pas une lecture éprouvante, je me suis amusée à ces tours et détours, etc. mais bon je voulais une fin plus éclairante.

      Supprimer
  2. Vu la conclusion de ton billet, je vais passer .. déjà trop de romans notés par ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En littérature latino-américaine je n'ai pas noté grand chose ce mois, il y a un problème, docteur?

      Supprimer
  3. J'avais été déstabilisée par El ultimo lector, et je n'ai pas retenté d'autre roman de l'auteur. A te lire, j'ai sans doute bien fait, j'aurais encore été égarée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai préféré l'autre, mais celui-ci se lit quand même!

      Supprimer
  4. Quand pourrons nous à nouveau partir?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Tula, j'ai des doutes, d'après le livre, pas trop de rails...

      Supprimer
  5. J'avais adoré El Ultimo Lector, cela fait une éternité que je me suis promise de relire l'auteur ( et Manguel ;))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pourquoi j'ai emprunté ce train pour Tula, et finalement j'y suis arrivée!

      Supprimer
  6. tes résumés me font parfois peur ! j'ai l'impression d'avoir lu le livre en accéléré, pauvre femme mariée, mère et morte LOL je passe mon tour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais moi confiance, je ne raconte pas toute l'histoire, au tiers du roman c'est son sort, elle meurt en couches et ensuite c'est l'histoire de son fils.Mais j'avoue que mon raccourci fait peur! ^_^

      Supprimer
  7. Mouais, rien de vraiment excitant à mes yeux, je préfère ne pas m'attarder sur ce roman.

    RépondreSupprimer
  8. Je ne connais pas cet auteur, encore une fois ! mais j'apprécie l'éditeur qui souvent me fait découvrir des auteurs talentueux ! Merci pour ta chronique, ma pile est trop haute, il faudrait que j'arrive à la résorber un peu...mais tu me tentes encore

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, tu as deux titres, pour essayer c'est bien.

      Supprimer
  9. Coucou,
    ai-je l'esprit trop cartésien pour cette lecture ? Je ne le sais pas ... Mais c'est vrai que j'aime bien en fin de livre répondre aux questions posées...
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand à la fin d'un livre que j'ai eu plaisir à lire (et c'est le cas), je me dis 'oui, et alors?', c'est mauvais signe.

      Supprimer
  10. Ah merci pour le titre, j’aimerais tenter le train pour Tula ! Tu as raison, il ne faut pas trop d’esprit cartésien pour lire les auteurs latino-américains en général... et c’est ce que j’aime chez eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ne m'a pas gênée, sauf que la fin reste floue...

      Supprimer
  11. Je n'ai rien noté parce que j'ai du mal avec cette littérature.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends, à part quelques auteurs, j'ai du mal aussi.

      Supprimer
  12. Amérique latine et esprit cartésien ne font donc pas bon ménage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bizarre et l'impossible ne me gênent pas forcément, mais j'ai eu l'impression d'être abandonnée, à la fin.

      Supprimer
  13. Je ne pense pas prendre ce train à la lecture de ta conclusion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. El ultimo lector m'avait laissé une meilleure impression.

      Supprimer
  14. Merci keisha pour ta participation et désolé de ne répondre que maintenant, j'ai comme l'impression d'être un peu débordé par les événements... (Goran : http://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce challenge a eu beaucoup de succès, chic!, ou alors c'est la vie qui déborde.

      Supprimer
    2. Un peu des deux :-) (Goran : http://deslivresetdesfilms.com)

      Supprimer
  15. J'ai participé au mois latino avec El ultimo lector, un vrai coup de coeur ! je prendrais peut-être le train pour Tula, mais en attendant, j'ai tenter de prendre des chemins moins fantastiques pour découvrir cette littérature. Ce qui n'est pas évident, en fait. J'ai l'impression que les éditeurs français privilégient ce registre ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toscana n'a pas trop recours qu fantastique, mais il aime embrouiller le lecteur. Il m'a manqué un petit quelque chose à la fin, mais c'était plaisant à lire.
      Cette littérature, pour moi, ça passe ou pas...

      Supprimer
  16. Un auteur que je ne connais pas (encore un !), mais je commencerai par El ultimo lector, qui suscite beaucoup d'enthousiasme.

    RépondreSupprimer
  17. je crois qu'esprit cartésien et littérature sudaméricaine, ça fait 2 ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien contre les mises en abymes, les histoires qui se répondent et s'entremêlent, etc. mais la fin ne doit pas me laisser sur le carreau, nan mais quoi. ^_^
      Ceci étant, j'ai des auteurs qui me plaisent dans cette partie du monde, heureusement!

      Supprimer
  18. Celui ci me tenterais plus mais ça a l'air tout de même un peu nébuleux, je me trompe ? ;0)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une construction particulière, à laquelle on se fait, mais j'aurais aimé une fin plus claire.

      Supprimer
  19. Bonjour Keisha, après avoir lu El Ultimo lector du même Toscana, je me suis juré de ne pas relire de Toscana Je n'avais strictement rien compris à l'histoire. Je passe donc. Bonne journée.

    RépondreSupprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!