lundi 15 mars 2021

A l'auberge de l'orient


 A l'auberge de l'orient

Seule sur les routes d'Asie centrale

Alice Plane

Transboréal, 2011

 

Oui, Transboréal et l'Asie centrale, sur ce blog, c'est une routine.  Ce qui m'a attirée, c'est le projet de l'auteur, une toute jeune fille de 22 ans à l'époque, de découvrir la cuisine 'populaire' de ces contrées, et bien sûr rencontrer plus avant celles qui réalisent le plus souvent ces plats, les femmes.

Nous sommes en 2007 en janvier plus précisément. Autant dire qu'il va faire froid et que certaines routes ne seront pas accessibles. Alice Plane part tout de même avec quelques contacts en poche, elle parle russe et a déjà voyagé en Ouzbékistan avec des amies, histoire de tester avant. Voyageant en bus la plupart du temps, ou taxis collectifs, elle a parfois recours aux hôtels locaux à portée de sa bourse, mais le plus souvent elle bénéficie de l'hospitalité locale, qui, à quelques exceptions près, n'est pas un vain mot. Le moyen idéal de mener son projet à bien!

Le récit est bien rythmé, bien écrit, sans détails inutiles, complété de recettes (un jour je cuisinerai un plov mais je me demande si ce n'est pas comme le pulao afghan?)(le truc roboratif quand même) et permet de découvrir une Asie centrale marquée par l'union soviétique et les traditions (l'enlèvement des jeunes filles, vraiment?). Elle va dans des coins où la vie est vraiment rude! Et la sécurité? Elle a eu chaud disons deux fois mais ça s'est bien terminé.

Babelio,

38 commentaires:

  1. Je note, mais je commence à être noyée sous les récits de voyage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ci est original, une jeune fille seule, et les recherches culinaires.

      Supprimer
  2. On voyage, on cuisine, on fait des rencontres, et tout ça sans sortir de chez soi, alors !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça l'idée... Les livres de voyages servent aussi à cela.

      Supprimer
  3. je serais bien partie en voyage mais le thème de la cuisine ne m'inspire pas plus que ça

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas que de la cuisine (occasion de rencontres, discussions et temps ensemble, en fait) et on peut zapper les recettes.

      Supprimer
  4. Ah, ah, j'ai pensé ta premier phrase juste avant de la lire ! Tu nous proposes un voyage gourmand, hum :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suis-je aussi transparente? Et encore je me retiens. ^_^

      Supprimer
  5. Je suis curieuse de connaître la différence entre un plov et un pulao afghan !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je doute qu'il y en ait vraiment, ce sont des plats basiques dans la même région où ça a circulé. A base de riz (bien gras aussi le truc) de la viande, des carottes, etc.

      Supprimer
  6. je trouve que voyager en parlant la langue ça change tout. J'aime bien ce projet de cuisine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela change, oui! Quoique dans certains coins (comme l'Iran) tu peux communiquer avec l'anglais.

      Supprimer
  7. aujourd'hui voyager dans certaines de ces contrées est prendre un risque important et pour info, je n'aime pas particulièrement la cuisine locale de là-bas sans doute cela mon principal a priori ! (sauf leur riz excellent!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici il s'agit parfois de cuisiner avec ce qu'on possède, donc nourrissante sans plus, mais quand même la cuisine iranienne mérite le détour!

      Supprimer
  8. les voyages me manquent tellement que je note, forcément! l'Ouzbékistan fait partie de mes envies d'ailleurs!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah j'y suis allée (à l'époque où je pouvais voyager...), pas trop de souvenirs culinaires mais plein les yeux de belles choses...

      Supprimer
  9. Oooh mais c'est pour moi ça ! En tout cas, cette vision du voyage allié à la découverte de la cuisine locale et populaire me correspond complètement. J'ai adoré lire cette phrase ici : un jour je cuisinerai un plov mais je me demande si ce n'est pas comme le pulao afghan?^^
    (et sinon je suis enfin plongée dans L'usage du monde... quelle coïncidence, presque !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est parfaitement pour toi.
      Bon, disons que 'nos' afghans, quand on leur demande un plat, c'est viande, oignons, carottes, raisins secs, épices, et riz! Le plov, c'est quasiment pareil. Tiens tiens j'en ferais bien, non? ^_^
      Rha L'usage du monde!!!

      Supprimer
  10. Au contraire de Dominique, je trouve que la partie cuisine constitue un plus non négligeable !
    Cela me fait penser à un livre qui vient de paraître : Les Femmes sont aussi du voyage de Lucie Azema. Je ne l'ai pas lu mais ce voyage féminin me semble tout à fait en lien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La cuisine est une partie essentielle de la découverte d'un pays!!! Après, en livre, ça peut donner envie ou pas, je comprends Dominique.

      Supprimer
  11. J'avoue que j'ai du mal avec les récits de voyage et bien peu trouvent grâce à mes yeux. Avec des animaux (pas cuisinés mais vivants) ça me conviendrait sans doute mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue beaucoup aimer les récits d'anciens voyages, à une époque où on allait partout quasiment sans passeport ...
      Pour les animaux, je n'y avais pas pensé! Mais on peut cuisiner sans viande.

      Supprimer
  12. Ca donne envie, tous ces récits de voyage. Comme je me lance dans les livres indiens, l'asie centrale attendra...

    RépondreSupprimer
  13. Mais oui, la cuisine fait voyager... puisque pour l'instant on ne peut aller nulle part.... Grrr....
    Je suis en train de lire La Vénus de Botticelli creek de Mc Cafferty. Très bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, même sans COVID je ne pouvais guère voyager... Mais sans COVID c'est plus simple quand même! ^_^
      Amusant, je viens d'emprunter le 1 de cette série!

      Supprimer
  14. Intéressant en effet sa démarche, en étant hébergée chez les gens c'est plus facile de découvrir les recettes et habitudes culinaires traditionnelles. Merci pour cette présentation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec une langue en commun, ça aide, mais c'est sûr que les gestes et l'exemple c'est déjà bien aussi.

      Supprimer
  15. Je ne lis pas de récits de voyage, pas par manque d'intérêt mais ce n'est pas vers eux que je vais naturellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage! J'y vais souvent dans mes biblis!! Essaie.

      Supprimer
  16. J'ai connu quelqu'un qui a voyagé en Ouzbékistan, en effet les gens semblaient très hospitaliers et les photos de repas étaient appétissantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y suis allée, je n'ai pas de mauvais souvenir de repas. ^_^ Mais l'Iran était supérieur.

      Supprimer
  17. J'ai été en Ouzbékistan, mais il y a longtemps, ça faisait encore partie de l'URSS. Et donc je me souviens qu'on a bien mangé (ce qui n'est pas difficile après un passage dans le Moscou de l'époque). Sur le même thème, j'ai acheté "Red Sands" de Caroline Eden (en anglais) mais c'est un grand format, entre récit de voyage et livre de cuisine.
    Et donc, je mets celui-ci sur ma liste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà donc un livre pour toi! Et merci pour l'autre, qui a l'air bien aussi.
      Je suis allée là-bas en 2009, oui, on mange bien, et même à l'époque Moscou ne laissait pas de grands souvenirs culinaires. ^_^

      Supprimer
  18. Aaaaahhhh mais merci pour cette découverte ! Ce livre j'en ai juste BESOIN !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est pas si récent, voir avec les biblis, en tout cas il correspond à ce que j'aime lire!

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!