jeudi 13 mai 2021

Autant en emporte le vent


 Autant en emporte le vent

Gone with the wind

Margaret Mitchell

Gallmeister, 2020

Traduit par Josette Chicheportiche

Allez, on part en Géorgie avant et après la guerre de Sécession? Bien sûr que vous avez sans doute lu cette mythique histoire, les amours de Scarlett O'Hara la belle du sud (Taratata!) aux yeux verts, avec Rhett Butler (argh), Ashley et Melanie comme personnages inoubliables. Bien sûr que votre cœur a palpité en visionnant le film! Sachez si vous l'ignorez qu'Olivia de Haviland, qui jouait Melanie est décédée en juillet 2020 à l'âge de 104 ans.

Gallmeister propose ces 1400 pages (reviens, G.) en deux volumes totem précédés d'une biographie de l'auteur (née à Atlanta en 1900, et ça se sent que la ville est chère à son coeur) et de quelques événements en relation avec le thème des droits des afro-américains. La traduction est toute nouvelle.

Alors, fallait-il ressortir ce roman? Sachant que le film est "régulièrement accusé de faire la promotion de l'époque où le Sud des États-Unis était esclavagiste en présentant une version romantique et très édulcorée de cette période. Alors que les États-Unis sont en plein cœur de débats sur le racisme suite à la mort de George Floyd, tué lors d'un contrôle de police, la plate-forme de streaming HBO Max a décidé de retirer l'œuvre de son catalogue."

J'ai donc décidé de me lancer en scrutant certains détails, et c'est vrai, Margaret Mitchell y va fort quand même dans la promotion du sud et le 'c'était quand même pas mal avant d'affranchir les esclaves' ou 'notre pauvre sud a été mis à terre mais on se relève en gardant nos valeurs'. Opinions d'ailleurs dans la tête ou la bouche de Scarlett et de certains personnages. Souvent choquantes.

J'ai aussi redécouvert des faits sur le Ku Klux Klan (quoi!)

Et la traduction? Fluide, ça se lit tout seul. J'ai englouti ce gros roman quasiment d'une traite. En ayant oublié les images du film et donc en me créant les miennes au fur et à mesure. En attendant avec impatience certaines scènes, en redécouvrant d'autres passages totalement oubliés. J'ai découvert que Mamma n'est plus Mamma, mais Mammy, comme dans la version originale. J'avoue d'ailleurs avoir lu cette version originale.

Juste un exemple de la traduction du parler de Mammy, controversée auparavant car le traducteur avait enlevé les 'r'. 

"Young misses whut frowns an pushes out dey chins an' says 'Ah will' and 'Ah woan' mos gener'ly doan ketch husbands" prophesied Mammy gloomily. "Young misses should cas' down dey eyes an' say, 'Well, suh, Ah mout' an' 'jes'  as you say, suh'"

Ce qui donne maintenant

Les p'tites mam'zelles qui froncent les sourcils et qu'avancent le menton et pis qui disent 'J'veux' et 'J'veux pas', en général, elles attrapent pas de maris, prophétisait Mummy d'un air sombre. Les p'tites mam'zelles, les doivent baisser les yeux et dire 'Bien, m'sieur, je l'ferai' et 'Juste comme vous dites, m'sieur".






42 commentaires:

  1. Malgré son arrière goût passéiste, j'ai quand même très envie de relire ce roman. Je suis d'autant plus convaincue en lisant que tu as redécouvert des scènes oubliées.... Et puis, j'avoue que Rhett Butler me fait aussi palpiter (cœur de midinette !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, on reste un lecteur 'moderne', mais la curiosité a été la plus forte, et puis, franchement, ça se lit goulument...

      Supprimer
  2. J'ai très envie de le lire ce gros machin.
    Je ne comprends pas trop la polémique. Écrire en 1936 "Oui le Sud c'était trop bien", c'est ouvertement raciste et esclavagiste, je ne vois pas trop comment on peut en douter ! Et ça empêche pas d'être un grand livre et un grand film, il y a aussi beaucoup de choses sur les relations hommes femmes. D'ailleurs on peut être raciste et conservateur et camper un personnage de femme forte, c'est ça qui est bien ! Bref, un jour je me laisserai emporter par le vent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, Scarlett ne se laisse pas faire et n'est pas vraiment une dame, un femme du sud classique. N'hésite pas!

      Supprimer
  3. Très titi parisien, le phrasé traduit de Mammy. Je ne suis pas attirée plus que cela par cette oeuvre. C'est bizarre mais c'est ainsi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu rates vraiment quelque chose!
      Ah, titi? Je voyais aussi du bien rural?

      Supprimer
  4. j'ai un penchant absolu pour ce roman et pour le film et foin des critiques
    mais c'est bien d'offrir une nouvelle traduction que je n'ai pas lu mais que j'ai acheté en livre audio pour mon plus grand plaisir

    RépondreSupprimer
  5. Je l'ai lu assez tard dans ma vie de lectrice et je me souviens que j'avais été assez scandalisée par certains passages complaisants en effet pour le sud. Mais il faut se replacer à l'époque, ça nous est facile de nous indigner aujourd'hui. Le relire un jour dans une nouvelle traduction, pourquoi pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ayant lu assez jeune, j'ai surtout vu le côté sentimental. Mais là maintenant, c'est franchement bien pro-sudiste (et l'auteur une fille d'Atlanta!)

      Supprimer
  6. un livre offert par ma mère et dont je me souviens encore dans les moindres détails. C'est stupide d'en faire le procès avec les valeurs d'aujourd'hui en revanche, c'est bien d'analyser en quoi il a contribué à donner à certains Américains des œillères dont ils ont eu bien du mal à s'affranchir. Le plaisir de la lecture de ce récit qui raconte tout un pan de l'histoire des USA n'empêche pas de garder un point de vue critique, d'autant que l'auteure est pour l'époque assez honnête .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois bien comment cela est. De toute façon, lors de l'écriture de roman, il restait pas mal de chemin à faire pour que chacun se sente citoyen à part entière. Les populations étaient séparées (bus, écoles, etc.)

      Supprimer
  7. Le pavé de l'été? Une idée quand je suis en panne d'idées...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deux tomes d'environ 700 pages, donc tu es dans les clous pour deux pavés! ^_^ Et ça s'engloutit!

      Supprimer
  8. IL y a bien des années, ma soeur m'a emmené voir ce film au cinéma. Qu'est-ce que je me suis ennuyé !
    Bon, j'étais jeune, et ça me plairait peut-être plus maintenant.
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum, le film était peut-être trop 'à grand spectacle' ou hollywoodien? En tout cas le roman est très bien à lire.

      Supprimer
  9. Aaah mon gros coup de coeur d'adolescence !^^ Lu à 16 ans et en VO déjà (c'était mon premier), puis relu et relu. Ah je ne sais pas s'il faudrait que je le relise un jour ou que je reste sur ce souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A 16 ans en VO, t'es trop forte. Si, un petit pavé de l'été?

      Supprimer
  10. Oh oui, le Ku Klux Klan ! Il me semble bien qu'Ashley en fait partie, non ? Ca refroidit... même si je ne l'aime pas trop de toute façon.

    Je pense que retirer le film du catalogue d'HBO Max est dommage. Oui, il est raciste, comme beaucoup d'autres films, comme énormément de films sont sexistes, homophobes... Il faut les aborder avec la conscience de cela, mais on n'est pas dans l'appel à la haine ici et le livre a d'autres grandes qualités.

    Oui aux œuvres plus inclusives, mais on ne peut pas refaire le passé. Ca me semble normal de déboulonner des statues de personnes qui ont aussi été de grands criminels, racistes etc. Mais une oeuvre n'est pas là pour être glorifiée, c'est aussi le témoin (forcément imparfait et subjectif d'une époque).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il semblerait qu'on l'ai remis en liste? Rappelons que l'actrice jouant Mammy est la première 'non blanche' à avoir reçu un oscar pour ce film.
      Exact, tous ces messieurs nostalgiques du sud appartiennent au Klan, l'idée étant de venger les agressions sur des femmes (blanches)(enfin si on se fie au roman). On sait comment ça a évolué...
      Le roman est intéressant si on scrute certains détails. Par exemple on parle des serviteurs 'de maison' et on ignore ceux des champs.

      Supprimer
    2. Les agressions sur les femmes blanches... ce prétexte est très bien analysé par Angela Davis dans l'essai que j'ai lu d'elle cette année.

      Supprimer
    3. Ah ça doit être intéressant...

      Supprimer
  11. Je n'ai jamais vu le film :-D
    Je suis curieuse de le lire un jour tout en aillant en tête la période à laquelle il a été écrit et en prenant du recul sur certains comportements.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ce film... Même si ça remonte à loin, quand même.
      Tout à fait, une lecture ou relecture en sortant de l'histoire sentimentale (quoique, elle tient la route) et en scrutant les détails tout en tenant compte des opinions de l'auteur, c'est bien!

      Supprimer
  12. Ahah, le clin d'oeil ! G !!! Ben si je pars tout de même !
    Je n'ai jamais lu ce roman, j'ai vu le film qui faisait partie de ces films "à voir", quand j'étais dans la petite vingtaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien vu le clin d'oeil. Mais je savais que tu es une romantique et que tu vas sortir ta crinoline...

      Supprimer
  13. Il m'attend au chaud, je profiterai sans doute du pavé de l'été pour me lancer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deux pavés, même, puisque chaque tome dépasse les 600 pages!Mais franchement ça file tout seul.

      Supprimer
  14. j'ai vu 2 fois le film, mais pas eu envie de lire le livre.Si la traduction est meilleure j'essaierai peut-être mais c'est un tel pavé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh un pavé qui va tout seul et avec sans doute plus de péripéties que dans le film.

      Supprimer
  15. Toujours pas tenté, même par cette nouvelle édition.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tsst, c'est sûr que les crinolines et le beau Rhett, c'est moins ton truc. ^_^

      Supprimer
  16. Je ne suis pas trop adepte des relectures, surtout si je l'ai déjà lu deux fois à l'adolescence, et en plus vu le film... bref, il me faut du neuf, de l'inédit ! :D
    Mais je trouve très utile cette réédition, mieux traduite, je pense, et qui remet le roman dans son contexte, dans la préface, c'est ça ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un contexte historique et un peu de la vie de l'auteur, exact. L'édition est très confortable à lire.

      Supprimer
  17. Je me souviens l'avoir vu à la tv il y a quelques années, période de noël bien sûr. Pas particulièrement fan de Rhett. Donc, pas plus tentée que cela par la lecture...hormis pour le fait que c'est un classique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que le roman est plus complet que le film!

      Supprimer
  18. Je suis assez tentée par l'expérience, quand j'aurai un peu de temps. Je suis fan du film, je me le regarde régulièrement surtout pour la performance de Vivien Leigh que j'adore. Jamais lu le roman, et les polémiques qui l'entourent me laissent de marbre, à chacun de faire la part des choses à l'aune de ce que l'on sait à présent et sans oublier que l'Histoire des Etats-Unis a ses particularités. Rappeler le contexte et l'histoire, voilà qui me semble important.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que le film a laissé de côté certains pans de l'histoire, sinon il serait encore plus long?
      On est assez grands pour faire la part des choses, oui.

      Supprimer
  19. Il faudrait le relire à présent, je l'ai sans nul doute lu trop jeune comme beaucoup de romans classiques... Merci de m'y faire penser !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela vaut la peine de jeter un regard différent, des années plus tard.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!