lundi 24 mai 2021

Les rois du Yukon

 

Saumon royal nageant dans une faible épaisseur d'eau pour rejoindre leurs frayères.(merci wiki)


 Les rois du Yukon

Trois mille kilomètres en canoë à travers l'Alaska

Adam Weymouth

Albin Michel, 2020

Traduit par Bruno Boudard

 

Une équipée de plusieurs mois à descendre le Yukon en canoë, voyage qui n'est pas de tout repos, mais moins éreintant et dangereux que celui des saumons royaux, nés  à la source du fleuve, descendus jusqu'à la mer de Béring, puis, une fois adultes, y revenant, pour frayer ... et mourir. A la force des nageoires ils remontent les 3000 kilomètres, et le dénivelé!, n'échappant pas toujours aux pêcheurs et ... aux ours!

Au fil du voyage, Adam Weymouth ('journaliste, spécialiste des questions environnementales et écologiques') décrit élégamment et avec précision le paysage, mais rencontre toutes sortes de personnes, des 'premières nations' ou pas, et un ours (mais ça s'est bien passé, chacun a continué sa route). Oui, là, l'homme n'est pas au sommet de la chaîne alimentaire...

Détails du voyage lui-même, des rencontres et des résultats de recherches sont mêlés, rendant la lecture fort agréable et vivante. L'humour n'est pas absent.

"D'après le recensement de 2010, seules 39% des personnes vivant en Alaska y sont nées. Que le phénomène soit le fruit d'un engouement réel pour la région ou la manifestation géographique d’une sorte de syndrome de Stockholm, ce chiffre signifie que la majorité des habitants ont émigré en Alaska et qu'ils y sont restés. Il n'y a guère d'ambivalence à ce sujet chez celles et ceux que je rencontre - des températures de moins quarante ne laissent aucune place à l'ambivalence. Les gens viennent ici dans le cadre d'une affectation militaire, ou appâtés par les richesses supposées du pays. Les gens viennent ici pour s'enfuir le plus loin possible de leur famille tout en continuant à habiter en Amérique. Et certains viennent ici pour assouvir leur fantasme de la frontière sauvage, de ce lieu où l'homme peut vivre à l'écart du système."

Des mots évocateurs : Klondike, par exemple, et Jack London...

La forêt boréale, en danger elle aussi

"A présent, les arbres refluent à tout allure vers le nord, au rythme de cent mètres par an. En 2008, un feu de forêt s'est déclenché au nord du cercle arctique, alors qu'aucun terme n'existe dans le dialecte local pour désigner semblable phénomène. Les forêts boréales se sont réchauffées deux fois plus vite que la moyenne mondiale (...) et les zones climatiques remontent vers le nord dix fois plus vite que ne le peut la forêt."

Adam Weymouth rencontre aussi des Autochtones de divers âges, qui ont vu au fil du temps le nombre de saumons diminuer. Les camps de pêche et le séchage font partie de leurs traditions et façons de vivre depuis des siècles. "Ils s'interdisent le gaspillage, considéré comme immoral. Ce n'est pas une question de rareté de la ressource, mais de respect." "Chaque tribu de la région Pacifique a ses rites sur la manière dont doit être consommé le premier royal de la saison." j'ai aussi pensé au livre "Payer la terre" de Joe Sacco, quand on reparle des pensionnats destinés aux enfants.

 Un livre enthousiasmant, donc, qui aborde intelligemment divers problèmes. Une mine parfaitement digeste!

"Il existe une possibilité de sauver le saumon. Après une absence de deux cents ans, il nage de nouveau à Sheffield, en Angleterre, depuis que les rivières ont été nettoyées. Il est réapparu à Portland, dans l''Oregon, comme à Paris, en France. Ils ne sont pas nombreux, mais c'est un début. Et le futur des royaux du Yukon ne paraît pas bouché lui non plus, si l'on parvient à réconcilier les intérêts divergents. Réconcilier pêche commerciale et pêche de subsistance, population de l'estuaire et population de la source, pêcheurs qui voient leur droit à la nourriture, à la richesse et à la culture remonter le fleuve sous leur nez et pêcheurs qui professent une approche de préservation, voire une interdiction totale et définitive. Ainsi que je l'ai découvert, la vie d'un fleuve et d'un cours d'eau est incroyablement complexe."


https://fr.wikipedia.org/wiki/Yukon_(fleuve)

Avis : Dominique, avec plein de photos comme d'habitude!

Avis babelio

34 commentaires:

  1. Après ton commentaire chez Dominique, j'attendais ton billet en me doutant que tu confirmerais que c'est une lecture à ne pas manquer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument! Encore meilleur que je ne m'y attendais!

      Supprimer
  2. Merci pour les extraits significatifs.
    J'ai déjà noté le livre de chez Dominique.

    RépondreSupprimer
  3. Une lecture passionnante et un beau voyage authentique dans des conditions très particulières. C'est tentant en effet ! Merci pour ta présentation, tu me fais toujours connaître des auteurs fabuleux. Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie la première d'avoir lu ce livre! N'hésite pas.

      Supprimer
  4. Et oui on pense immédiatement à London! Je note

    RépondreSupprimer
  5. j'ai beaucoup voyagé ces derniers temps (japon, alaska, écosse) avec bonheur parfois on a la main heureuse, j'ai pensé à Emmanuel Hussenet en lisant ce livre et aux éditions Transboréal, j'étais à peu près certaine de le retrouver chez toi, on ne se refait pas !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui! Bientôt je proposerai un tour de Méditerranée!
      Emmanuel Hussenet? Ha ha, connais pas...
      Sur ces rois du Yukon, il était fatal qu'on aime. ^_^

      Supprimer
  6. Ah bah voilà, Dominique et toi nous tractez parmi ces eaux froides et poissonneuses. C'est très prometteur. Évidemment, comme tout le monde, je note le machin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a intérêt à ce que tu partes bientôt en canoë!

      Supprimer
  7. Je viens de lire Mississipi Solo de Eddy L.Harris, sa descente de ce fleuve en canoë aussi, j'ai été moyennement intéressée, mais là ça me parait plus dense, plus intéressant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au vu de mes recherches fissa fissa, je pense que ça pourrait me plaire, ce Mississipi solo!

      Supprimer
  8. Une région du monde qui m'attire également !

    RépondreSupprimer
  9. Traverser l'Alaska, ça doit être super. Je ne lis pas ce genre de livre parce que je n'en ai pas le temps : j'ai trop de romans à lire. Ça m'intéresserait pourtant !
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu sais c'est souvent bien écrit, et on voyage et on apprend. Mais je reconnais qu'avec certains romans aussi.

      Supprimer
  10. Ah oui, ça c'est complètement ton créneau.:) Quand je l'avais vu sur Goodreads, je pensais au départ que tu t'étais aventurée dans de la fantasy.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Complètement!
      Pfff, tu sais, la fantasy, à part Jaworsky (ah oui et Tolkien) j'y vais peu.

      Supprimer
  11. Même la forêt boréale est en danger ?! Quelle forêt ne l'est pas, d'ailleurs....

    RépondreSupprimer
  12. Je ne sais pas pourquoi mais j'adore les romans de journalistes... Je note mais je commence les étapes indiennes, du coup, ça va me prendre toute mon énergie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les étapes indiennes?
      Les journalistes, en règle générale, ont intérêt à savoir écrire et à se révéler intéressants!

      Supprimer
  13. Oh, je l'ai vu à la bouquinerie cet aprem ! Tu me fais regretter de ne pas l'avoir pris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Retourne -y fissa! Il devrait faire ton bonheur.

      Supprimer
  14. ça a l'air passionnant, je le note! merci!

    RépondreSupprimer
  15. Il y a des mots qui font rêver... Alaska, Yukon... ça me parle !

    RépondreSupprimer
  16. Ton article est super mais j'ai qu'une envie maintenant : des sashimi de saumon. La honte sur moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non! L'auteur visite des endroits où on prépare le saumon, les œufs, etc.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!