jeudi 17 juin 2021

Les ardomphes


 Les ardomphes

Gilles Verdet

Ginkgo noir, 2020

 

 Mais que voilà une jolie découverte ! Que l'éditeur ne m'en veuille pas de l'avoir laissé attendre sur une étagère, car une fois lancée, j'ai englouti le roman!

On n'en saura guère sur Richard, clochard parisien vivant de récupération d'objets laissés sur les trottoirs. Sa grande ennemie, la pluie. Il préfère sa tranquillité, moins dangereuse. 

Un jour, dans un sac abandonné, voilà une magnifique écharpe et un cru de grande maison bordelaise; pas question de revendre l'écharpe, et voilà Richard prenant le soleil sur un banc. L'ensemble attire l’œil d'une photographe professionnelle, qui voir le parti à tirer de tel clichés décalés pour la publicité du cru en question.

Cette histoire est racontée régulièrement sur les ondes, avec la voix de Catherine, coachée par François. Histoire en cours d'écriture, et l'auteur demeurant anonyme. Catherine et François seront aussi photographiés à leur insu.

Je n'en dirai pas plus, voulant laisser aux autres lecteurs le plaisir de découvrir ce chouette roman. Parce qu'il est écrit dans une langue à la fois fluide et travaillée, imagée, parfois argotique. Parce que ces histoires en miroir réservant des surprises tissent habilement une intrigue qui, l'annonce la couverture, va virer au noir. Et pas mal se nouer autour de l'hôtel des Ardennes, près du canal Saint-Martin. Ardomphes, c'est ainsi que Rimbaud désignait les Ardennes.

 Extrait (site de l'éditeur)

« Les Abribus, Richard les fréquentait souvent. Pour traquer le sac oublié ou la valise égarée. Les bus un peu moins. Même si la fange qui lui collait aux basques lui laissait toujours une place assise. C’était son avantage. Son privilège de pouilleux. Les culs-crottés de la rue, les pue-de-la-gueule et les « crassouilles » en goguette, ça refilait de la distance avec l’autre monde. L’autre pays. Celui des mieux nourris, des mieux chauffés et des mieux lavés. Des gens propres et coiffés qui regardaient toujours ailleurs. Mais avec des coups d’œil en biais, des manières polies et des allures rusées d’indifférence qui le toisaient en loucedé. Richard y prenait plus garde depuis longtemps, les deux humanités savaient d’instinct se préserver des contacts, éviter les frôlements et les touchers fortuits, par une distance sanitaire passive, un écart spontané aussi naturel qu’une mixité de territoire entre deux espèces animales éloignées. »

Avis : le blog du polar

20 commentaires:

  1. Intrigant ! La couverture et le titre attirent bien l'oeil en tout cas. Un bon cru Ginkgo visiblement.:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une collection jaune flashy qui attire l'oeil, et cette fois: Bingo!

      Supprimer
  2. Ca donne envie ! Les Ardomphes ?! Très drôle, je ne savais pas et pourtant ma grand-mère maternelle était de Charleville..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On en apprend tous les jours, quoi.
      Mais le roman se déroule bien à Paris.

      Supprimer
  3. Je ne sais pas pourquoi, je ne comprends jamais l'argot quand il est écrit. A croire que je ne parle pas le même que tout le monde. Alors cette lecture n'est pas pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est de l'argot assez classique, et il n'y a pas que cela tout du long. Mais je te comprends.

      Supprimer
  4. Un joli titre c'est déjà un bon point...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'impression que ça pourrait bien être une lecture pour vous... ^_^

      Supprimer
  5. Tu m'apprends encore quelque chose car en lisant le titre je ne savais pas qu'il s'agissait des Ardennes et que cela avait un rapport avec Rimbaud...tu laisses assez de mystère pour me tenter :)

    RépondreSupprimer
  6. Cela paraît savoureux, à retenir. Et quel terme, les ardomphes, pour désigner la région d'Ardenne.
    Il y a ici, je crois, autant d'hôtel des Ardennes que d'hôtels de la plage à la mer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait savoureux, et j'ai adhéré.
      Si Rimbaud le dit...
      Par chez moi, pas d'hôtel des Ardennes, trop loin géographiquement il faut croire.Mais par chez vous c'est normal (et c'est beau)

      Supprimer
  7. La couverture ne m'attire pas du tout, mais si tu dis que ce livre est une jolie découverte, je le note au cas où...
    Bon weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La collection a choisi ce jaune pétant! Mais c'est du solide pour prix mini, et du bon contenu.

      Supprimer
  8. un très belle surprise, donc, chouette !

    RépondreSupprimer
  9. J'aime bien le début de ton billet je suis déçue que ce soit un roman policier alors j'hésite ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas policier, pas de police là dedans, pas d'enquête. Juste noir (et encore, plutôt vers la fin)

      Supprimer
  10. J'aime bien l'idée des photos et de la pub décalée, et des histoires en miroir ... Bref, je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela m'a plu, comme construction, et comme écriture (et comme histoire ^_^)

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!