mercredi 21 juillet 2021

Les pionniers


 Les pionniers

The earthbreakers, 1952

Ernest Haycox

Actes sud, 2021

Traduit par Fabienne Duvigneau 

 

Traces des roues de chariots sur l'Oregon Trail


Dans la série de romans 'L'Ouest, le vrai',  voici un auteur classique qui a su me conquérir! On attend les clichés habituels de fiers cowboys affrontant la nature (sauvage) et les autochtones (non moins sauvages). Du viril, quoi. On a bien le bétail et les chariots, les familles ayant tout quitté pour s'installer dans l'Oregon. Trois mille kilomètres en cinq mois, quatre cents personnes, que l'on découvre sous une pluie incessante, descendant une rivière sur de grands radeaux (mais replaçant les chariots sur la terre ferme pour passer les chutes). Une épopée où on ne plaisante pas, sans espoir de retour. 

Mais la majeure partie du roman conte l’installation des pionniers survivants dans un coin où tout est à construire, maisons en rondins,  route à penser, espérant une récolte le moment venu, en se serrant la ceinture pour faire durer les provisions, et chassant en attendant. Pour survivre le mieux possible, il faut l'entraide.

On y est, là, à fond! Avec quels personnages! Les meneurs respectueux, les hésitants, les têtes brulées,  et surtout des femmes qui ne se laissent pas dominer forcément. (le genre de femme qui sait tuer et plumer un poulet, cultiver un jardin, fabriquer son pain et son savon, et éventuellement tricoter)(Edna et Katherine). Une vie de labeur, non sans drames et fêtes. 

La nature est superbement évoquée, les travaux concrètement aussi, ainsi que les affrontements, avec des scènes plus intimistes. Parfois le coeur se serre, parfois on sourit, toujours on est intéressé, certains événements sont attendus, d'autres surprenants.

A découvrir!

Avis babelio




 

 




30 commentaires:

  1. Ces pionniers étaient extrêmement courageux. Rien n'était simple, mais rien ne les arrêtait dans leur projet de vie. C'est à méditer, je pense...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils allaient vraiment vers l'inconnu, sachant qu'ils ne reverraient pas ceux laissés derrière. Ils devaient reprendre à zéro, dessoucher, etc., et rester soudés.

      Supprimer
  2. Ah je l’avais repéré mais j’ai rechigné car beaucoup de promo et Actes Sud m’énerve avec ses grands formats plus chers. Évidemment ça me plaira beaucoup le jour où je mettrai la main dessus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en avais pas entendu parler avant qu'il n'apparaisse à la bibli! Plus de 500 pages.

      Supprimer
  3. Quelle bonne idée d'attirer l'attention vers cette collection d'Actes sud, j'ai beaucoup aimé du même auteur Des clairons dans l'après midi
    celui là je le note pour repartir au pays du western qui me faisant tant rêver quand j'ai découvert les films

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Totale découverte, de l'auteur. J'ai derechef emprunté un autre Haycox à la bibli, Le passage du canyon.

      Supprimer
  4. C'est un roman ou un document ? C'est sûr qu'on devait être très loin d'une partie de plaisir. De quoi rectifier l'imagerie héroïque de bien des westerns.

    RépondreSupprimer
  5. Tes billets sont toujours tip top, bien écrits et concis ! je suis toujours en admiration. Ce titre me tente évidemment beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (tu es trop mignonne!)
      Je pense que tu peux embarquer dans l'aventure!!!

      Supprimer
  6. Pas sûr que ce soit pour moi et 500 pages en plus...
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  7. Je le note, tu me donnes vraiment envie là de me plonger dans cette lecture... c'est sûr que les images laissent des traces dans notre imaginaire, mais je suis prête à découvrir la vérité ! Merci de nous en parler

    RépondreSupprimer
  8. pourquoi pas ... C'est vrai qu'ils avaient du courage... J'ai fait un peu d'anti-américanisme primaire pendant les années Trump, ça va se calmer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. ^_^ Dans ce roman il y a différentes opinions aussi.

      Supprimer
  9. Je le note et encore un de plus dans ma liste….

    RépondreSupprimer
  10. Et très jolie couverture, en plus !

    RépondreSupprimer
  11. Intéressant pour le côté "installation dans l'inconnu" et déjà acquis par ma médiathèque... je prends note !

    RépondreSupprimer
  12. bizarrement maintenant je ne suis plus attirée par ce genre d'histoires, car je me mets toujours à la place des tribus indiennes, ce pays n'était pas vide à leur arrivée .. bref, je m'égare ! tant mieux, si tu as aimé par contre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact! Je ne parle pas des indiens, le roman se déroule après qu'ils aient été anéantis ou presque, demeurent des groupes luttant pour leur survie; les opinions des colons à leur sujet sont variées. Hélas, cela donne lieu aux passages les plus tristes du roman.

      Supprimer
  13. Réponses
    1. C'est dans l'ouest, mais plus d'attaques d'indiens.

      Supprimer
  14. En fait les koh-lantas et autres d'aujourd'hui, c'est rien à côté de ce que ces gens qui devaient vraiment se démener pour s'installer et survivre quelque part.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, vu comme ça...^_^Ils n'avaient pas de plan B, ni de solution en cas de gros coup dur.

      Supprimer
  15. Ah oui, l'auteur auquel on doit la nouvelle dont a été tirée La chevauchée fantastique... J'ai dû lire un seul de ses livres, jadis publié dans la collection Western (librairie des Champs-Elysées).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue ne pas avoir fouillé du côté des adaptations, mais il y en a, c'est sûr! Allez, enfourche ton cheval!

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!