jeudi 27 janvier 2022

La fille de Mendel


 La fille de Mendel

Martin Lemelman

ça et là, 2007

Préface de Serge Klarsfeld

Traduit de l'anglais et du yiddish, postface et glossaire 

de Isabelle Rozenbaumas


L'auteur est un illustrateur et propose ici des dessins en blanc et gris; beaucoup de texte à côté, les souvenirs de sa mère Gusta, décédée en 1996.

La famille de Gusta vivait à Germakivka, petite bourgade située à l'époque en Pologne (actuellement en Ukraine); le père tenait une boutique, la vie s'écoulait tranquillement, l'entente avec les voisins chrétiens était bonne. Fêtes, récoltes, cuisine, école, une vie remplie, peu d'occasions d'aller loin.

Arrive la guerre. Le père est tué, quasiment toute la famille disparait dans les camps. Seuls ont survécu Gusta, une sœur, deux frères. Aidés par différentes personnes, ils se sont cachés dans une grange, puis dans des trous creusés dans la forêt.

Après la guerre, ils sont partis en Amérique.

Une histoire hélas connue, mais toujours à ne pas oublier. A la fin de la guerre, Gusta est revenue dans la maison de sa famille, occupée par des gens peu désireux de laisser la place. Elle a récupéré les photos et ils sont partis. Les photos illustrent le livre.

Mention spéciale à la traduction, qui permet de savourer la façon dont s'exprime Gusta.

Les premières pages ici.

Avis babelio

Dans le cadre de lectures communes avec Et si on bouquinait et Passage à l'est

36 commentaires:

  1. Pas trace de ce livre à ma bibiothèque, dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage, vraiment, j'avoue que j'ai eu de la chance.

      Supprimer
  2. Une belle proposition de lecture, je suis allée lire les premières pages, et j'ai vraiment envie de découvrir la suite !

    RépondreSupprimer
  3. je le note, évidemment.
    As-tu vu (dispo sur le site de la chaîne) Les marches de la mort et Les résistants de Mauthausen(sur un groupe de résistants espagnols, dont un photographe)? Les 2 sont vraiment excellents.
    Et toujours sur la tv, j'ai vu les 2 premières saisons de Occupied... tu as pu voir les autres saisons? ils ne les ont pas sur arte...c'est frustrant!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je n'ai pas vu ces documents. Evidemment ça m'a l'air à regarder...
      Occupied a une deuxième saison, que j'ai visionnée aussi. Pour la 3, non, rien encore, j'ai cru voir un résumé sur internet.

      Supprimer
    2. oui, il y a 3 saisons...c'était pas mal j'ai trouvé.

      Supprimer
    3. Je ne sais plus où j'ai trouvé un résumé de la saison 3... mais pas la saison. On attend!

      Supprimer
  4. je note pour ma petite fille qui lit et est intéressée par le sujet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une bonne lecture, c'est sûr. Qu'elle soit un peu au courant avant, c'est peut-être mieux.

      Supprimer
  5. Ah un témoignage en yiddish, pas si fréquent. Je note alors. L'histoire est connue, mais chaque histoire est unique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles d'or!!! J'ai aimé la description du contexte avant la guerre, et le charme des expressions (même traduites)

      Supprimer
  6. merci de le signaler je vais le chercher

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu trouveras, en attendant tu as les premières pages.

      Supprimer
  7. Après avoir lu sur le même thème La carte postale, et après cela sur les malgré nous (la femme et l'oiseau) j'ai besoin de quitter les sujets sur la guerre un petit moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue avoir abandonné La carte postale, et dévoré La fille de Mendel. Comme quoi...
      Je comprends qu'on ne puisse enchaîner des lectures aussi fortes.

      Supprimer
  8. merci d'avoir mis les premières pages en consultation on comprend beaucoup mieux l'originalité de ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Tu comprends pourquoi j'ai craqué! (en plus de l'histoire évidemment)

      Supprimer
  9. Ton billet et les premières pages donnent envie de découvrir cet univers et cette histoire.

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour ce billet, je n'avais pas vu cet album. Cette approche graphique du sujet m'intéresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Souvenirs de la mère, album du fils, c'est très bien.

      Supprimer
  11. Ah oui c'est bien le lien vers les premières pages, sinon on ne se rend pas bien compte du travail graphique. C'est tout à fait le genre d'illustration et de récit qui me parlent, yapluka le trouver en bibli...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour cela que je l'ai donné, entre autres. Je l'ai trouvé dans ma bibli du fin fond, tu as donc tes chances.

      Supprimer
  12. Tu fais bien d'en parler, il ne faut pas oublier. Merci pour le lien édifiant. En effet les dessins sont d'un grand intérêt et complètent bien ce que tu en dis. Il n'est pas à ma médiathèque mais je vais le soumettre...Merci pour ta chronique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu le trouveras. Pour une 'BD' il y a pas mal de texte, on est entre deux genres, et j'aime beaucoup.

      Supprimer
  13. Un sujet maintes fois travaillé, mais qui intéresse toujours.
    Bon weekend

    RépondreSupprimer
  14. C'est un livre très original, j'aime beaucoup le ton et le graphisme des premières pages. Quel choc cela doit-il être de revenir dans cette maison à la fin de la guerre puis de repartir avec ces photos comme unique souvenir. Merci pour cette très belle contribution à ces lectures autour de l'Holocauste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les photos apparaissent dans le livre. Toujours émouvant, forcément.

      Supprimer
  15. À ne pas oublier, ç'aurait pu être nous, les nôtres.
    Ils vivent encore, émouvant et authentique.
    Une bonne traduction et un glossaire, bonne idée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une excellente découverte, je suis bien d'accord. j'ai appris des choses sur la vie dans ces petits villages, avec des communautés.

      Supprimer
  16. Je ne vais pas être très originale avec mon commentaire, mais merci pour ces premières pages, ce mélange de dessin, de photos et de texte me plait beaucoup. J'ai moi aussi envie de lire la suite, du coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi apprécié d'avoir pas mal de texte, et la traduction donne bien la saveur de l'histoire racontée par la maman.

      Supprimer
  17. Oui, hélas! une histoire connue, impossible à oublier ! Je viens de lire sur ce sujet un livre qui se passe en Grèce sur la déportation, une histoire d'amour tragique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la Grèce aussi, on connaît moins ce qui s'y est passé.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!