jeudi 10 février 2022

Deuils


 Deuils

Duelo

Eduardo Halfon

Quai Voltaire, 2018

Traduit par David Fauquemberg


Revenant au Guatemala, le narrateur adulte est à la recherche de témoins du décès du jeune frère de son père, Salomon, noyé dans le lac proche. Ses souvenirs reviennent, fluides, il semble que ce souvenir soit un souvenir recréé, comme nous tous pouvons en avoir. Son propre frère n'a aucune idée de cette histoire, la famille ne lui répond pas. Finalement, au fil de ce roman défile sans chronologie particulière l'histoire de la famille. La reprise de débuts de paragraphes est jolie et envoutante ("elle me dit qu'un autre enfant s'était noyé", "enfants,") . A la fin, je ne savais plus trop ce qui était réel ou rêvé (et là j'ai moins adhéré à l'intervention de Dona Hermelinda). Une vieille photo en noir et blanc revient aussi.

Sans doute suis-je moins enthousiaste que Kathel, grâce à qui j'ai eu l'idée de cette lecture (mais on revient de loin, j'ai déjà abandonné deux livres d'Amérique latine!) mais je suis contente d 'avoir découvert une si jolie plume et un auteur talentueux.

Avis babelio, Ingannmic, theaustistreading, claudialucia

Et voilà, je participe au mois latino-américain.



32 commentaires:

  1. Effectivement tu n'es pas aussi emballée que Kathel. Je n'ai jamais lu cet auteur, peut-être y aura-t'il d'autres billets sur lui d'ici la fin du mois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il se lit fort agréablement, c'est juste que je dois avoir un problème avec certains détails.

      Supprimer
  2. C'est un auteur que je ne connais pas mais en tous les cas tu as essayé et notre ressenti nous appartient, parfois c'est ainsi on ne rentre pas dans une histoire, ou ce n'était pas le bon moment pour le lire...Merci en tous les cas de ta présentation et de ta sincérité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un texte assez autobiographique, mais l'intervention finale, le rêve, etc. pas mon truc, c'est souvent ce qui m'embête dans la littérature de ce coin.

      Supprimer
  3. Je n'avais guère été enthousiaste non plus, je m'étais sentie complètement perdue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seule la fin m'a laissée de côté, et c'est agréablement écrit. Et puis comme ça je participe. ^_^

      Supprimer
  4. Je me disais bien que j'avais vu cette couverture sur un autre Blog et c'était donc chez Kathel, je suis toujours dubitative.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Récemment chez Kathel, j'en ai profité avant d'oublier.

      Supprimer
  5. Je reste tentée par ce roman, Kathel m'avait bien convaincue et tu ne vas pas à contre chemin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecriture et composition : très bien, juste la fin, mais je suis rétive à certains choses en latino-américian, faut croire.

      Supprimer
  6. Je suis ressorti de cette lecture plutôt mitigé, moi aussi. Même s'il y a des choses que j'ai appréciées, cette sorte de flou artistique qui baigne toute l'histoire m'a complètement perdu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne comprend pas pourquoi il a eu ce 'souvenir', et pas les autres, son frère, par exemple. Pourquoi on ne répond pas à ses questions, non plus.

      Supprimer
    2. ah tu l'as lu ? il m'avait aussi fait de l'oeil, mais vos avis mitigés, peut-être que son prochain roman sera plus maîtrisé ?

      Supprimer
    3. Kathel est enthousiaste, les autres moins. A toi de voir, ou lire un autre titre? Agréable à lire cependant.

      Supprimer
  7. Peut-être avec un autre de ces romans. A voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il en a écrit d'autres, fort appréciés par la critique.

      Supprimer
  8. Toi aussi tu participes !Ca a l'air quand même bien, je note même si je ne participe pas :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue avoir du mal avec la littérature du coin, mais je voulais participer.

      Supprimer
  9. Tu n'as pas l'air très enthousiaste, alors, je ne m'y attarde pas trop !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben, je reconnais que c'est bien, mais je reste parfois sur le bord.

      Supprimer
  10. Bon ça a l'air assez contournable au vu de ton billet et des autres avis. Dommage il ne me semble rien avoir lu côté Guatemala...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un autre titre de l'auteur? Ou celui-ci, après tout, 150 pages c'est jouable.

      Supprimer
  11. Il pourrait me plaire, je le retiens malgré tes quelques réticences.

    RépondreSupprimer
  12. Dommage que tu n'aies pas adhéré complètement... c'est ton côté rationnel, sans doute ? ;-) Mais tu admets que l'écriture est belle, alors ça me va.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum oui, trop rationnelle, et ce n'est pas que pour ce roman. ^_^

      Supprimer
  13. bon, pas plus tentée que cela, bien d'autres envies en ce moment de toute façon! ;)

    RépondreSupprimer
  14. Oui, une belle écriture mais un roman qui m'a paru plus "européen" (peut-être par le sujet, l'holocauste) que latino-américain. Il faut dire que quand je l'ai lu, je sortais de roman style Mario Vargas Llosa, et cela fait un sacré contraste de ton.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime beaucoup Vargas Llosa! Oui, l'Holocauste, un mélange de thèmes, mais c'est assez autobiographique.

      Supprimer
  15. De cet auteur, j'ai Monastère dans la PAL, il faudrait que je l'en sorte un jour...

    RépondreSupprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!