vendredi 18 février 2022

Lady Chevy


 Lady Chevy

John Woods

Terres d'Amérique, Albin Michel, 2022

Traduit par Diniz Galhos


Dans ce coin un peu perdu de l'Ohio, les mines ferment, les mineurs y ont parfois laissé leur santé, les petites entreprises ont périclité, alors quand on propose aux habitants de louer leurs terres à l'industrie du gaz de schiste, dire non est difficile. La famille Wirkner a accepté, allez savoir si c'est la cause de la maladie du petit dernier? En tout cas l'eau est imbuvable, les maladies respiratoires se développent, et parfois la terre tremble.

Dans la famille Wirkner, on ne veut pas grand monde : le grand père appartenait (appartient?) au KKK, le père est effacé, la mère désespérée traîne dans les bars, le fils est handicapé, et la fille, Amy, réussit au lycée, et rêve d'aller à l'université pour devenir vétérinaire. J'oubliais un oncle (par alliance) dont les idées font froid dans le dos (son bunker survivaliste est doté de bouquins et drapeaux qui n'auraient pas déparé un intérieur allemand des années 30). Bien évidemment tout le monde à Barnesville possède des armes et sait les utiliser, voire les utilise.

Le surpoids d'Amy, la pauvreté de sa famille, sans doute son côté cash qui ne se laisse pas piétiner lui valent bien des inimitiés, elle n'en a cure. Quant son ami Paul l'entraîne dans un projet violent, elle accepte, mais les conséquences risquent de lui coûter l'avenir dont elle rêvait.

La police, dont Brett Hastings, enquête, tourne autour de la vérité. Hastings dont les idées de suprématie blanche font écarquiller les yeux, a une façon personnelle de régler les problèmes, en effet on disparaît vite dans le coin...

Comme Le bouquineur, je n'en dis pas trop, mais je ressors de là un peu rincée, troublée, bousculée, car quasiment tous parlent et agissent sans fard. En dépit du malaise évoqué par le blogueur cité, pas question de lâcher, c'est noir, inattendu, ahurissant, mais à découvrir c'est sûr.

Avis babelio, bibliosurf, dont tu vas t'abîmer les yeux

36 commentaires:

  1. Je l'ai commencé mais je le laisse reposer un peu car c'est très rude...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, c'est rude, et ça ne va pas s'arranger. ^_^ Mais lis-le quand même.

      Supprimer
  2. Du roman noir de chez noir, donc... pourquoi pas, si je le trouve en médiathèque.

    RépondreSupprimer
  3. Oui Keisha, un bouquin à lire mais en gardant bien à l’esprit toutes les réserves que nous y mettons tous deux…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lecteur doit être bien ferme dans ses opinions, car certains personnages seraient quasi convaincants. ^_^

      Supprimer
  4. L'univers des blancs pauvres et paumés au fin fond des USA .... cela me fait penser au Diable tout le temps de Ray Pollock. Il faut une sacrée écriture pour faire passer le truc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bandeau rouge cite cet auteur, en fait (mais comme je ne l'ai jamais lu...) Certains personnages ne sont pas si pauvres, mais le coin n'est pas très enthousiasmant pour y vivre.

      Supprimer
  5. sûrement très vrai mais trop noir pour moi ! (je le regrette)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'aime pas quand c'est trop noir, mais là j'ai été entraînée dans ma lecture.

      Supprimer
  6. Pas trop envie de côtoyer cette Amérique là, je sors d'un roman sur les intégristes catho en France, donc je vais changer d'environnement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense voir de quel roman tu parles, j'attends tes impressions.

      Supprimer
  7. Ça doit bien correspondre à une certaine Amérique, la plus enragée .. Je suis plutôt partante, malgré vos réserves. La bibliothèque ne l'a pas, je vais leur en parler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas, c'est assez fort de café, mais bien fichu.

      Supprimer
  8. globalement j'ai toujours bien aimé cette collection qui détient des petits chefs d'oeuvre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact, en romans ou documentaires, c'est une bonne collection.

      Supprimer
  9. Hmm... Ça m'a l'air bien noir profond. Je vois qu'on cite Donald Ray Pollock sur le bandeau, il faudrait d'abord que je le lise. Il est dans mes projets lecture depuis un moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais lu ce Ray Pollock, je ne peux comparer. Mais ça déménage...

      Supprimer
  10. ah ben là tu m'intrigues ! tu sembles particulièrement touchée.

    RépondreSupprimer
  11. Encore un Terres d'Amérique à découvrir... je vais aller lire Le bouquineur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne idée, il n'en dit pas trop, juste assez, fais lui confiance.

      Supprimer
  12. Ce que tu en dis ne m'attire pas... Je passe.
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord, c'est particulier mais à découvrir si on le sent bien.

      Supprimer
  13. le thème me tente, mais cela me fait peur quand même alors je vais attendre :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que ça peut parfois secouer dans les dialogues aussi...

      Supprimer
  14. La référence à Donald Ray Pollock, ça me parle. Donc, pourquoi pas ?!

    RépondreSupprimer
  15. Ca m'a l'air bien costaud... J'avoue ne pas être tentée par ce genre d'histoires alors je passe mon tour :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dommage, tu peux tenter avec une bibli, sans risques.

      Supprimer
  16. "c'est noir, inattendu, ahurissant"... : donc à lire en ce qui me concerne !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille et j'aimerais bien ton avis!

      Supprimer
    2. Et je viens de lire l'avis du Bouquineur : je ne comprends pas comment j'ai pu passer à côté !!

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!