jeudi 26 mai 2022

Les marches de l'Amérique

 Les marches de l'Amérique

American Marchlands

Lance Weller

Gallmeister, 2017

Traduit par François Happe


"Les étoiles avaient fini de faire leur entrée et maintenant toutes étaient accrochées à la place qui était la leur, sauf l'extravagante que le vieil homme indiquait avec sa pipe.

- La comète de Biela, c'est comme ça qu'ils l'appellent."

Chez Lance Weller, on lève souvent la tête vers le ciel, j'aime ce souci du détail qui date le récit. L'on suit les errances de Tom et Pigsmeat, ensuite rejoints par Flora. Encore une fois dans ce roman, des personnages inoubliables, forts. Dans cette première moitié du 19ème siècle, les Etats-Unis sont, disons, en croissance, les Indiens vont hélas s'en apercevoir encore. La violence est présente, l'esclavage pas encore aboli. Lance Weller a l'art de plonger ses personnages dans des situations lourdes de tension, et aussi de les amener à des réflexions profondes. Sa maîtrise de la narration, ses sauts en avant en arrière sont parfaits.

Bref, troisième lecture ici, troisième fois conquise!

Avis babelio, Le bouquineur, kathel récemment, 


38 commentaires:

  1. J'en ai vu un hier à la bibliothèque ; je vais regarder de plus près. Je n'ai pas relu l'auteur depuis "Wilderness". (blogspot a fait un drôle de truc pour les commentaires. Je suis obligée de taper mes coordonnées à chaque fois !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une fois dans le roman, on est pris par l'ambiance; j'aime beaucoup l'auteur, alors n'hésite pas si tu as aimé Wilderness.
      Blogspot, oui (soupirs)

      Supprimer
  2. J'ai du mal à faire passer mon commentaire, j'espère que tu n'en auras pas plusieurs du coup...
    Je disais donc :
    Je l'ai noté mais pas encore lu mais tu m'en donnes envie comme d'habitude :) Merci pour ta chronique je vais aller relire ce que tu disais de ses précédents romans puisque tu en es au troisième...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les trois sont très bien, hé oui!
      Pour les commentaires, même moi j'ai parfois du mal... et pourtant je suis chez blogspot.

      Supprimer
  3. Je vois que tu as été séduite aussi... les deux romans que j'ai lus m'ont impressionnée par leur maîtrise. (il me restera Le cercueil de Job)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Essaie de mettre la main dessus, il est aussi excellent.

      Supprimer
  4. Un auteur magnifique, trois romans trois bonheurs d'écriture et d'humanité vraiment je suis conquise définitivement et je vois que toi aussi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai cherché chez toi et n'ai trouvé que Wilderness. Mais je sais combien tu apprécies l'auteur.

      Supprimer
  5. Un auteur qu'il me reste encore à lire !^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore un, oui, mais je pense que tu aimeras.

      Supprimer
    2. (petite parenthèse pour t'informer que je commence le Baxter - garde donc ton billet au chaud pour, disons, fin juin - date à repréciser)

      Supprimer
    3. Pas de problème, il est au chaud. ^_^ J'en ai d'autres pour l'instant.

      Supprimer
  6. Un écrivain référence.... incontournable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, et là avec trois, reste à attendre Gallmeister!

      Supprimer
  7. Ah oui tu es une vraie fan ! Bon il faut que je me lance. Y a plus qu'à.

    RépondreSupprimer
  8. Et une fois de plus, je ne connais pas...

    RépondreSupprimer
  9. Troisième lecture ! C'est fou ça ! Ce roman m'attend sur une étagère, tranquillement. J'avais beaucoup aimé Wilderness.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est après Le cercueil de job que j'ai réalisé que je devrais bien lire Les marches de l'Amérique. (Wilderness, c'était fait)

      Supprimer
  10. J'avoue son nom m'était encore inconnu il y a peu 😅

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grâce aux blogs, souvent, on les connaît; mais ils se trouvent en bibli.

      Supprimer
  11. j'espère que tu as visité toute ses régions que tu découvres à travers tes lectures.

    RépondreSupprimer
  12. Encore un auteur que je ne connaissais pas... pourtant j'aime beaucoup les éditions Gallmeister et je suis fascinée par les grands espaces américains. Je vois que ton opinion rejoint celle de kathel sur ce roman donc, a-priori on ne devrait pas être déçu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ni ce roman ni l'auteur tout simplement ne déçoivent.

      Supprimer
  13. Je ne connais pas du tout cet auteur mais tu me donne envie de le découvrir.
    Daphné

    RépondreSupprimer
  14. Excellent roman... et pourtant, c'est des trois romans de Weller publiés à ce jour celui qui m'a le moins plu. C'est dire la puissance et le souffle des deux autres !!! Si Wilderness garde une petite place particulière (c'est celui qui m'a fait découvrir l'auteur), à mon humble (et tout personnel) avis Le cercueil de Job est le meilleur des trois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Puissance et souffle. Peut-être en effet Le cercueil de job est le plus abouti des trois?

      Supprimer
  15. Lance Weller est un auteur que j'ai bien envie de lire, ça viendra (il est sur ma PAL) !

    RépondreSupprimer
  16. Noté, depuis l'émerveillement de "Wilderness"... reste à savoir si je le lis avant son dernier ou après..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais comme moi, tu lis les deux, peut-importe l'ordre, ça dépend lequel tu vois en premier.

      Supprimer
  17. Comme je disais à Kathel, il faut que je lise Wilderness qui croupit dans ma PAL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pauvre petite chose! ^_^ Tu te prives d'un bon roman.

      Supprimer
  18. J'ai l'impression que lorsque l'on met un pied dans cette maison d'édition, on plonge dans un puit sans fond... mais où les textes paraissent se ressembler non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On retrouve la façon de raconter de l'auteur, c'est normal, mais qu'est-ce que c'est bien, Lance Weller!

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!