jeudi 19 mai 2022

W ou le souvenir d'enfance


W ou le souvenir d'enfance

Georges Perec

L'imaginaire Gallimard Denoël, 1975 (?) 


"J'écris: j'écris parce que nous avons vécu ensemble, parce que j'ai été un parmi eux, ombre au milieu de leurs ombres, corps près de leur corps; j'écris parce qu'ils ont laissé en moi leur ombre indélébile et que la trace en est l'écriture : leur souvenir en est l'écriture; l'écriture est le souvenir de leur mort et l'affirmation de ma vie."

Souvenirs d'abord, oui,  mais flous, parfois recréés, imprécis, revus des années après. Le jeune Georges Perec (pas d'accent, cela vient de Peretz, apprends-je) est né à Paris en 1936 de parents venus de Pologne. Le père sera blessé au début de la guerre et la maman, veuve de guerre, sera plus tard arrêtée, envoyée à Drancy, puis vers l'est, d'où elle ne reviendra pas. Le gamin, lui, sera à l'abri du côté de Villard de Lans, veillé par différentes tantes, réelles ou pas.

Les chapitres de ce texte de souvenirs est alterné avec un autre purement sorti de l'imagination de l'auteur. Un homme ayant dû changer d'identité, et qui se retrouve chargé de partir dans un ilot (lequel?) dans la Terre de Feu. Et puis pouf, on se retrouve avec une autre histoire, "il y aurait là-bas, à l'autre bout du monde, une île. Elle s'appelle W."

Au début la description de l'univers de W, dédié au sport, semble intéressant, et pourquoi pas? Petit à petit les détails  de l'organisation de la vie sur cette île prennent des proportions affolantes.

"L’athlète W n'a guère de pouvoirs sur sa vie. (...) Sa vie et sa mort lui semblent inéluctables, inscrites une fois pour toutes dans un destin innommable. Il y a deux mondes, celui des Maîtres et celui des esclaves.(...) Celui qui pénétrera dans la Forteresse n'y trouvera d'abord qu'une succession de pièces vides, longues et grises. Le bruit de ses pas résonnant sous les hautes voutes bétonnées luis fera peur, mais il faudra qu'il poursuive longtemps son chemin avant de découvrir, enfouis dans les profondeurs du sol, les vestiges souterrains d'un monde qu'il croira avoir oublié : des tas de dents d'or, d'alliances, de lunettes, de milliers de vêtements en tas, des fichiers poussiéreux, des stocks de savon de mauvaise qualité..."

(fin de cette partie)

"J'ai oublié les raisons qui, à douze ans, m’ont fait choisir la Terre de Feu pour y installer W: les fascistes de Pinochet se sont chargés de donner à mon fantasme une ultime résonance : plusieurs îlots de la Terre de Feu sont aujourd'hui des camps de déportation."

(fin du livre)

W, son univers concentrationnaire décrit dans les moindres détails. Deux histoires qui se rejoignent. On a froid dans le dos. A lire absolument.

Avis babelio

40 commentaires:

  1. Un livre... ah ! je ne sais pas trouver le bon qualificatif... indispensable, grand, fort, émouvant... un vrai livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, et je dois dire que mes autres lectures de Perec ne m'avaient pas préparée à cela.

      Supprimer
  2. Intrigant, ça ne ressemble pas à ce que je connais de Perec (La disparition, l'Oulipo...) Je note pour la médiathèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil, différent des autres lectures. Très fort, à lire!

      Supprimer
  3. Ah c’est un chef d’œuvre, il faudrait que je le relise. Une création brillante pour raconter les camps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Figure-toi que je ne connaissais pas avant qu'une amie ne l'achète devant moi en librairie. Je l'ai emprunté en bibli. Jamais lu rien de tel!

      Supprimer
  4. je n'ai pas lu ce livre mais il me fait penser à son petit livre sur Ellis Island que j'ai tant aimé je vais voir si je trouve rapidement celui là merci à toi c'est une belle idée de lecture

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais être époustouflée et impressionnée.

      Supprimer
  5. Le texte de l'auteur que je préfère. J'aime moins ses autres écrits "nouveau roman".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est fort! J'aime bien ses bouquins plus descriptifs et aussi originaux. Celui-ci est à part, carrément.

      Supprimer
  6. Entre toi et Bonheur du Jour, comment ne pas succomber ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas, c'est du bon! Tu vas être bousculée.

      Supprimer
  7. Depuis le temps que je dois lire ce livre... Merci du rappel.

    RépondreSupprimer
  8. Cette lecture m'avait impressionnée ! Une lecture marquante. Ce récit nous emmène plus loin qu'on ne croit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne m'y attendais pas du tout, c'en a été d'autant plus fort.

      Supprimer
  9. A lire absolument ! Comme j aime cet auteur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime aussi beaucoup Perec, mais là c'est vraiment particulier, je suis ravie de cette découverte.

      Supprimer
  10. Je ne l'ai pas lu, je vais pouvoir l'emprunter à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
  11. J'ai très peu lu Perec, et pas celui-ci en tout cas. Est-ce à cause (ou plutôt grâce à) la sortie de Lieux que tu as eu envie d'un Perec ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout (même si Lieux est noté). J'ai eu une lubie Oulipo il y a quelque temps, en librairie une amie a acheté W, et voilà l'idée m'est venue. Sur goodreads le 8 nov 2021!

      Supprimer
  12. A lire absolument ! Bon, je note, mais j'ai tellement de livres qui n'attendent que mon vouloir...

    RépondreSupprimer
  13. j'ai lu très peu de textes de cet auteur... une lacune à combler!

    RépondreSupprimer
  14. Toujours pas lu Perec mais je sens que si je devais en lire un, ce serait celui-là !

    RépondreSupprimer
  15. Et bien je l'ai lu il y a très longtemps, j'étais bien jeune ! Et il faudrait à présent prendre le temps de relire ces textes devenus des classiques mais qui n'ont rien perdu de leur force, ni malheureusement de leur actualité...Merci de nous en parler

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé c'est une découverte récente, mais où étais-je? Mais j'aimais déjà Perec.

      Supprimer
  16. tu me donnes très envie de relire ce texte qui à l'époque m'avait saisie d'effroi . Je vais le relire merci.

    RépondreSupprimer
  17. Je ne connais pas du tout ce Perec ! Moi aussi j'en suis resté à Oulipo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, avec lui les souvenirs d'enfance, en époque dangereuse et troublée, mènent à de l'inattendu, quel choc.

      Supprimer
  18. Je n'ai jamais lu Perec non plus. J'ai toujours pensé que cela ne me plaira pas mais quand je lis vos commentaires, je me dis que je me suis peut-être trompée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce Perec est à part, pour moi. Mais à y réfléchir, Perec, c'est en général de l'inattendu. Il faut en essayer deux ou trois pour voir, au cas où l'un ne capterait pas ton intérêt.

      Supprimer
  19. Je l’ai lu suite à un hommage televisé bouleversant sur cet auteur.N’ayant pas eu de souvenirs ,ses parents ayant été déportés,
    Il se crée des souvenirs et n’aura de cesse d’essayer de retrouver des indices sur ses parents .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignorais cela en démarrant ce livre, qui est vraiment à part, et puis il part dans la création d'un monde totalitaire glaçant... Un incontournable.

      Supprimer
  20. Je ne me rappelle plus de tous les détails mais la construction en chapitres alternés est remarquable... Un jour, c'est certain, je le relirai...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr tu peux le relire (et moi aussi, d'ailleurs ^_^)

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!