mardi 20 septembre 2022

La douceur de l'eau


 La douceur de l'eau

The Sweetness of Water

Nathan Harris

Philippe Rey, 2022

Traduit par Isabelle Chapman


En Géorgie, juste après la fin de la guerre de Sécession, les soldats reviennent- ou pas. Ainsi Caleb et August, qui d'ailleurs ne furent pas des héros. Les esclaves sont affranchis, ainsi Prentiss et Landry, mais leur sort n'est guère meilleur qu'avant, ils sont libres, et errent autour de la ville.

George Walker, père de Caleb, propose à Prentiss et Landry de l'aider à cultiver ses terres, contre rémunération correcte. 

Pour ma part j'ai rarement lu sur cette époque. Sans insister, l'auteur évoque les conséquences pour différentes couches de la société, et crée des personnages qu'on n'oubliera pas. Les femmes d'abord, Isabelle, Mildred et Clementine. Georges aussi, dont la décision d'engager Prentiss et Landry contribue à le mettre quasiment hors la bonne société (et il n'en a cure, d'ailleurs). Des petits détails émouvants, comme ces chaussettes.

Le rythme du roman est assez étonnant, parfois très lent en fait, et puis une accélération, un drame, se produisent, qu'on n'avait pas vu venir.

Un très beau roman.

Avis babelio, bibliosurf

L'auteur sera présent au festival America!!!

31 commentaires:

  1. C'est ma prochaine lecture. Je vais essayer d'assister à un débat avec l'auteur ce week-end.

    RépondreSupprimer
  2. j'ai beaucoup lu sur la guerre mais peu sur l'après en effet moi aussi je note ce roman mais bon à quand la lecture ?

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. Hélas je n'y vais pas non plus... Trop à faire ici.

      Supprimer
  4. Oh oui, je l'ai repéré, celui-ci, je vais essayer d'assister à une rencontre avec l'auteur...

    RépondreSupprimer
  5. Tiens je ne connaissais pas, je note. Si je le croise...

    RépondreSupprimer
  6. Toujours les magnifiques couvertures de Philippe Rey (pour le sujet j'ai de mon côté pas mal lu et pour le moment ça me suffit). Je vais passer une journée au Festival, pour Franzen entre autres :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, je regrette de ne pouvoir y aller. Franzen a un nouveau roman, que j'espère lire.

      Supprimer
  7. Depuis toujours le devenir des esclaves et autres soumis est un sujet de controverse au cœur des mutations sociétales. Les classes dominantes, toute époque confondu, partisanes du statut quo, semblaient toujours animé de sentiments de compassion pour les classes soumises, dès qu’il s’agissait d’affranchissement, de libération,...s’inquiétant pour certaines sincèrement, de ce qu’allait advenir ces gens, habitués à leur vie de soumis, ne sachant faire autre chose qu’obéir. Ce que j’ai retenu du livre c’est qu’il n’ y a que la liberté qui fait que nous sommes des êtres accomplis. Je conseille vous le conseille vivement, c’est un livre qui parle d’histoire, mais qui est en phase avec l’actualité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre commentaire et es éclaircissements sur le sujet et d'autres plus amples, en effet.

      Supprimer
  8. J'ai beaucoup lu sur l'époque ado, pour bien remettre en contexte l'après-guerre, justement (j'avais une passion pour Autant en emporte le vent... on m'a beaucoup guidée pour bien comprendre). On s'entend, ça fait 30+ années et les mentalités ont bien changé. Je serais curieuse de relire sur le sujet maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai relu Autant en emporte le vent, oui, l'époque post-guerre est abordée, mais du point de vue sudiste, et les esclaves affranchis ne sont pas réellement des personnages.

      Supprimer
  9. J'ai beaucoup lu sur la guerre de Sécession mais forcément sur l'après. Tu te doutes bien que je l'ai noté du coup. Merci pour ta chronique

    RépondreSupprimer
  10. Réponses
    1. Les deux ex-esclaves, Georges et sa famille, et bien d'autres (mais pas le shérif et d'autres racistes ^_^). Un drôle de bouquin, qui mérite qu'on le lise.

      Supprimer
  11. J'ai déjà lu sur cette époque mais ton engouement m'intrigue. Je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le côté historique est là, mais on a vraiment un roman et des personnages.

      Supprimer
  12. Ah c'est la réflexion que je m'étais faite aussi (sur la période après-guerre) en lisant Jubilee de Margaret Walker (autre excellent livre). Celui-là est noté mais je doute fort de pouvoir le lire avant le Festival America.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas je ne peux aller à ce festival.
      Jubile, je l'ai lu je pense fortement, je devrais le relire, mais plus tard.

      Supprimer
  13. Dès qu'on parle de lenteur ou de longueurs, je suis plutôt réticent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh il y a aussi des scènes d'action, c'était pour dire qu'on se pose parfois.

      Supprimer
  14. Là, moins tentée, une époque et un lieu que je n'ai pas encore pénétré en lecture... et qui se sont pas urgents pour moi.

    RépondreSupprimer
  15. Je découvre ce titre depuis quelques jours au grè des blogs, et manifestement il a l'air excellent. Comme toi je n'ai jamais trop lu sur cette période de l'histoire américaine. A découvrir donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, à découvrir. De plus la façon dont c'est raconté est intéressante.

      Supprimer
  16. Je l'ai acheté au festival America !

    RépondreSupprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!