lundi 24 octobre 2022

Un enfant sans histoire


 Un enfant sans histoire

Minh Tran Huy

Actes sud, 2022


Comment parler de ce récit exceptionnel, superbement écrit, passionnant, informatif, qui risque de vous broyer le cœur ?

"Ajouter un simple témoignage de parent de plus à la pile n'était guère stimulant, parler à la place de Paul était difficilement envisageable, le journal intime s'apparentait à une facilité, une lettre ou adresse au fils qui ne parlerait jamais revenait à sombrer dans un pathos sirupeux, le détour par le conte m'apparaissait comme une manière de fuir les faits au lieu de les affronter, l'enquête pure et dure serait trop journalistique, trop peu littéraire à mon goût, un essai dressant le parallèle entre l'exil de Paul, celui de mes parents et le mien risquait de déboucher sur un texte cérébral teinté de psychanalyse qui n'intéresserait personne. Aucune de ces formes ne convenait alors que j'aurais dans le même temps voulu que mon livre tienne un peu de chacune, qu'il informe et alerte, émeuve et serre le cœur, crée des connexions inattendues et ouvre des perspectives, invente quelque chose et apporte un peu de beauté, sans mentir ni rien déformer de ce qui était."

Né en 2013, Paul est le fils de l'auteure, rapidement un diagnostic est posé : autisme. A Paris heureusement les parents  trouvent des pistes pour venir en aide à leur enfant, lui donner des chances de parler, se sociabiliser, voire intégrer un établissement scolaire. Ce qui n'empêchera pas le dur parcours du combattant et l'épuisement de la vie quotidienne. Minh Tran Huy raconte cela sans fards, les progrès, les régressions, les espoirs, les autres exemples d'autistes 'célèbres'.

Son choix est d'alterner un chapitre sur Paul avec un autre sur Temple Grandin (née en 1947), qui a raconté sa vie, son évolution dans  des récits tels Ma vie d'autiste. Elle est célèbre pour avoir apporté un éclairage sur ce que ressentent les autistes dans notre monde et avoir amélioré les conditions de vie des animaux d'élevage. wiki vous en dira plus, mais Minh Tran Huy raconte cela très bien, avec sensibilité.

Voilà un billet assez froid et factuel, dommage, pour un livre formidable que vous devez découvrir vous-même! Ecrit "pour Paul, qui ne lira pas ce livre". Vous en ressortirez en en sachant plus sur les TSA. Hélas, une bonne moitié de ces enfants différents, quoi qu'on fasse, n'auront pas le destin de ceux qui sont sous les projecteurs (mais qui contribuent à faire connaître l'autisme et avancer la prise en charge)

Une autre lecture, Iris Grace, différente mais tout aussi passionnante.

Lecture faite dans le cadre des lectures thématiques « Autour du handicap »  organisées par  etsionbouquinait et Ingannmic.

Avis babelio

34 commentaires:

  1. Tu as raison tous ces témoignages poignants sur l'autisme font avancer les choses et mieux comprendre les différentes manifestations possibles de ce trouble et la souffrance des familles. Le premier livre que j'ai lu dans les années 90 à ce sujet était celui de Françoise Lefèvre "le petite prince cannibale"...ça date à présent mais je me souviens encore à quel point il m'avait touché. Depuis j'en ai lu d'autres, alors pourquoi pas celui-ci. Merci de nous l'avoir présenté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela fait un bout que j'avais noté celui de Françoise Lefevre, et depuis son fils a eu un parcours et la parole.
      Cette histoire récente montre qu'hélas ça n'avance pas beaucoup dans les institutions, on connaît mieux mais ensuite? Pareil pour différents handicaps.

      Supprimer
  2. J'ai vu l'autrice dans l'émission 28 minutes sur Arte, et à l'entendre, je me suis doutée que son livre était très bien (oui, dit comme ça, ça semble présomptueux). Ta lecture me le confirme ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, je suis allée l'écouter, c'est vraiment clair et complet, et tu comprends, ce livre est passionnant.

      Supprimer
  3. Pas si froid que cela ton billet ... Le projet de l'autrice que tu retranscris, est en tout cas très sensible !

    RépondreSupprimer
  4. je dois dire que je ne parviens plus à lire les romans sur l'autisme j'en ai lu surement une dizaine et là stop en plus j'ai chaque fois l'impression d'être de nouveau plus ou moins au travail

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends! Je ne vais pas enchaîner les lectures non plus. Mais j'ai beaucoup appris. C'est vu du côté parents.

      Supprimer
  5. une belle lecture. J'ai déjà lu et même gardé une enfant autiste. Ils sont tous très différents. J'imagine que c'est une très belle déclaration d'amour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle n'est pas tombée dans le pathos de ce genre de bouquins, on sent le drame et la souffrance quand même, sa colère parfois.

      Supprimer
  6. Un handicap de plus en plus expliqué, et c'est tant mieux.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne doute pas de son intérêt, mais je n'ai pas envie de ce genre de lecture en ce moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plutôt triste car l'enfant fait partie de 50% pour lesquels ça n'évoluera pas favorablement...

      Supprimer
  8. J'avais vu un reportage passionnant sur les autistes (mais le spectre est large). Sur ces sujets, je préfère toujours le documentaire télévisé à l'écrit, mais je suppose que l'écrit était nécessaire aussi à l'auteure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De plus on en apprend plein sur Temple Grandin. t j'ai découvert la plume de l'auteur, que je n'avais jamais lue.

      Supprimer
  9. Je connais quelqu'un (la mère) qui élève seule son enfant autiste (le père est parti) et c'est terrible. Une grande solitude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait. D'ailleurs Minh Tran Huy écrit que le couple parental explose souvent dans cette situation là. Le sien a tenu, mais ce fut difficile.

      Supprimer
  10. on ressent ton émotion , c'est vrai que nous en savons un peu plus sur cette maladie qui parfois n'évolue pas comme dans les séries télé hélas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, une fois sur deux l'enfant reste bloqué à un bas niveau.

      Supprimer
  11. Si c'est un livre qui broie le coeur, alors, c'est sûrement pour moi. Merci pour la présentation...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas! L'auteur ne cherche pas à faire pleurer, mais quand même c'est émouvant.

      Supprimer
  12. Ni froid ni factuel, ton billet a su nous convaincre, je crois !

    RépondreSupprimer
  13. Zut, j'ai validé mon commentaire précédent avant d'avoir fini de l'écrire, désolée ! Donc merci pour la participation d'autant que c'est une proposition très tentante. Je récupère ton lien.

    RépondreSupprimer
  14. Toujours intéressant d'en apprendre plus sur les TSA. Noté

    RépondreSupprimer
  15. Et bien curieusement, je ne sais pas si j'ai envie de lire ce livre. Depuis mon propre diagnostic je suis bien documentée sur ce sujet (reportages et livres) et j'ai plutôt envie de me distraire.

    RépondreSupprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!