jeudi 21 mai 2020

Patagonie Express

Patagonie Express
The old patagonian express
Paul Theroux
Les cahiers rouges, Grasset, 2006
Traduit par Alexandre Kalda



Après La Chine à petite vapeur, datant des années 80, je retrouve Paul Theroux, toujours en train, mais au cours de l'hiver 1978. Boston et sa région sont en plein blizzard, les températures sont bien négatives, alors il décide de partir au sud, jusqu'en Patagonie, et par le train.

Voilà, simplissime comme projet, non? Arrivé à Esquel, à la fin du livre, hé bien il prend l'avion et rentre. Les titres de chapitres s'égrènent ainsi, de Le Lake shore Limited au Patagonie Express, en passant par exemple par L'Aztec Eagle, Le train de 7 heures pour Zacapa (un magnifique titre de film, non?), Le Balboa bullet pour Colon, L'autoferro pour Guayaquil, Le Tren de la Sierra, La Estrella Del Norte ... Des Etats-Unis vers le Mexique, le Guatemala, le Salvador (où il assiste à un match de foot, un grand moment!), le Costa Rica, Panama, Colombie, Equateur, Pérou, Bolivie et Argentine (j'en oublie sûrement, peu importe).
"Mon arrivée ne comptait pas. C'était le voyage qui importait."

Des trains de conforts disons, différents, pas franchement toujours à l'heure, des hôtels variés, quelques visites, plus de temps au Panama et en Argentine (il rencontre longuement Borges!).

"Nous, nous prenons l'autocar, apparemment c'était la devise de l'Amérique centrale en réponse à toute la publicité des chemins de fer Prenez le train - c'est moins cher. C'était une  question de vitesse: le car mettait deux heures, le train tout l'après-midi."
Prendre le train, constate-t-il, "était une bonne introduction aux misères sociales et aux splendeurs du paysage."

Sans surprise, j'ai beaucoup aimé ma lecture; je précise que ce n'est pas un guide de voyage, Theroux raconte ce que lui a vu et vécu, il parle peut-être plus précisément de Panama, c'était à l'époque où l'on renégociait un accord sur la zone du canal. Il parle espagnol, ça aide, même si porter la moustache ne le fait pas passer pour un autochtone. Il rencontre diverses personnes et, ce qui ne m'avait pas frappée dans son voyage en Chine, je le trouve parfois assez condescendant (avis partagé par Dasola et sur Goodreads aussi) , ne semblant ressentir quelque empathie que pour les Indiens et les gamins de la rue. Des passages amusants, de jolies descriptions, cela se lit tout de mêem agréablement et donne une furieuse envie de prendre le train!!!

Un seul avis sur babelio (!)
Tiens, ce livre retrouvera sur l'étagère En Patagonie de Chatwin (les deux auteurs se sont connus)
(WH Hudson)


44 commentaires:

  1. J'ai tellement de misère quand je sens de la condescendance... bon, j'aime les récits de voyage. Sait-on jamais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas ressenti cela au cours de son voyage en Chine. De toute façon il a déjà froissé un compatriote à peine parti de Boston... ^_^

      Supprimer
  2. Comme je n'ai toujours pas lu celui de Chatwin, je commencerai plutôt par lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui de Chatwin ne parle que de la Patagonie (et il est très bien!)

      Supprimer
  3. Encore un très bon écrivain-voyageur, de ceux qui valent réellement le voyage (sic!) en lectures...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Figure-toi que j'ai lu beaucoup de livres de voyage durant ces derniers mois! Comme d'habitude, d'ailleurs. ^_^

      Supprimer
  4. Voilà qui m’attire beaucoup (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les livres de voyage, c'est le bien. En train, encore mieux.

      Supprimer
  5. un grand grand classique de la littérature voyageuse
    j'ai lu tout Paul Théroux, j'aime Patagonie mais mes préférés restent la Chine à petite vapeur et les Colonnes d'Hercule

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se comprend bien, alors! Je n'ai plus qu'à en trouver d'autres...

      Supprimer
  6. C'est vrai que le moyen le plus sûr de voyager en temps d'épidémie, c'est encore de lire les récits des voyageurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sors plus ou moins d'Asie centrale, là, et je rêve fort!!! Certains voyages ne sont plus possibles.

      Supprimer
  7. j'aime beaucoup les livres de voyage et comme on est coincé autant voyager par la lecture

    RépondreSupprimer
  8. Ah, ah, ça c'est du voyage jusqu'au Sud ! Souvent, c'est comme ça, le voyage a plus de sens que la destination ! Descendre l'Amérique du Sud, un fantasme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et il est parti de Boston!
      En train, encore plus, c'est le voyage qui compte.

      Supprimer
  9. Je suis toujours intéressée par les récits de voyage. Donc je note !

    RépondreSupprimer
  10. Jamais entendu parler de lui et Dominique et toi qui dites que c'est un grand classique... pour la littérature de voyage, je suis un peu restée à quai je crois !
    Je parle un peu espagnol et je ne porte pas la moustache, je te confirme, personne ne me prend pour une locale, les Espagnols font de grands efforts pour me parler en anglais ! Le teint me trahit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ce genre de livres, j'ai mes coins en librairie, bibli, ou surtout Emmaüs pour les vieilleries introuvables...
      Il y a aussi tout un ensemble, coupe de cheveux, vêtements... Tiens, toi, tu ne 'détectes' pas les anglo-saxons facilement?

      Supprimer
  11. J'aime lire des récits de voyage, romancés ou pas de temps en temps et j'ai noté cet auteur que je ne connaissais pas ! Merci pour la découverte

    RépondreSupprimer
  12. La Patagonie, argentine et chilienne, reste à ce jour ma région du globe préférée de celles que j'ai visitées. Je crois que j'ai rarement été aussi ému et chamboulé par ce que je voyais.
    Le Chatwin attend son tour quelque part dans la liseuse et, à cause de la note de condescendance que tu n'es pas la seule à avoir remarquée dans ce récit, je commencerai par Chatwin et peut-être qu'un jour je tenterai Theroux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Theroux n'était pas comme cela dans son livre sur la Chine, alors tu peux commencer par ce voyage.
      Pour Chatwin, il te faut le lire, voyons! La Patagonie, je ne sais plus si ça me fait rêver... Les voyages, maintenant...

      Supprimer
  13. Lu il y a longtemps, en même temps que En Patagonie de Bruce Chatwin; il fut un temps où je fantasmais grave sur la destination (je crois que c'est encore le cas ;-) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A une époque, pareil, maintenant je me suis calmée (pour un temps?)

      Supprimer
  14. Je crois bien n'avoir jamais lu de récit de voyage en train, intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voyager en train c'est toujours spécial (je ne parle pas d'aller le matin au boulot, quoique, ça peut aussi être intéressant)

      Supprimer
  15. Tu nous emmènes loin cette fois. A défaut de voyages réels, on peut toujours voyager avec les livres !
    Bonne soirée;

    RépondreSupprimer
  16. Je n'ai jamais lu Chatwin ni Theroux d'ailleurs. La Patagonie me tente bien mais d'autres destinations aussi et il fait faire des choix ! Sinon, j'ai compris en te lisant qu'En Patagonie de Chatwin est indispensable et que le Theroux sur la Chine est très bien aussi car moins condescendant que le Theroux en Patagonie : ai-je bien résumé (ou correctement compris) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as parfaitement compris et résumé!!! Merci d'être attentive. Il te reste à les trouver et les lire.
      Et hier en librairie j'ai trouvé celui de WH Hudson cité par Theroux...

      Supprimer
  17. Ah c'est beau ça : "Mon arrivée ne comptait pas. C'était le voyage qui importait." Encore un récit de voyage qui devrait me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui!!! Tu sais, le livre de voyage c'est tellement bien. Actuellement j'en emprunte, j'en lis, j'en achète.
      Pour Theroux particulièrement, la citation s'applique, en fait une fois arrivé... il est rentré, c'est tout. Mais quel voyage en train!

      Supprimer
  18. Un bon récit de voyage je suis partant. Je viens d'en finir un qui m'est tombé des mains, ça me changera.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela arrive hélas, mais heureusement il y a tant à lire!
      Les récits de voyage, ça change bien.

      Supprimer
  19. Les récits de voyage et de nature writing sont toujours notés mais malheureusement, je n'en lis pas beaucoup, surtout par manque de temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'inquiète pas, il a fallu le confinement (et la fermeture des biblis) pour que je lise enfin certains livres... (dont pas mal de récits de voyage)

      Supprimer
  20. un bon moyen de voyager depuis le canapé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans fatigue, chaleur, poussière, maladie... Mais ce n'est pas tout à fait pareil. ^_^

      Supprimer
  21. Ce livre m'est tombé des mains, à cause de la condescendance et supériorité de l'auteur. Je n'ai pas supporté.
    Et j'avais déjà eu du mal avec son récit chinois... bref, un auteur que j'oublie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue avoir eu du mal, mais le livre m'intéressait trop! Hé oui, dès le train partant de Boston, l'auteur est ainsi.

      Supprimer

Ce coup ci, je remets la modération des commentaires, espérant ainsi vous éviter de devoir cocher au hasard des photos floutées!
Dites-moi si ça vous arrive encore, merci!